Cet article date de plus de cinq ans.

Les déchets électroniques encore trop peu recyclés

Seuls 38% des déchets électroniques ont été collectés l'an dernier en France, selon une enquête de l'UFC-Que Choisir publiée mercredi. Les distributeurs sont pointés du doigt.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (L'an dernier, à peine 7 kilos et demi de déchets électroniques ont été collectés par habitant © SIPA / GILE MICHEL)

Petit à petit, les Français avaient pris l'habitude de rapporter sagement leurs appareils électriques et électroménagers cassés dans les points de collecte. Tous les ans un peu plus : jusqu'en 2011, les objectifs fixés étaient largement atteints. Et puis, arrière toute !

L'an dernier, à peine 38% des déchets ont été collectés, selon une enquête publiée mercredi par l'UFC-Que Choisir. Sept petits kilos et demi par habitant, au lieu des 20 à 24 kilos de vieux écrans et autres mixeurs hors service qui dorment dans les placards.

Les distributeurs ne jouent pas le jeu

Et selon l'association de consommateurs, le maillon faible, ce sont les distributeurs. Ils représentent les trois quarts des points de collecte mais à peine plus de 20% des déchets recyclés. L'enquête prouve que certains commerçants et sites Internet vont jusqu'à refuser de reprendre un gros électroménager ou même un petit appareil. "On a testé 170 magasins et dans un cas sur deux on a essuyé un refus" regrette Nicolas Mouchnino, chargé de mission à l'UFC-Que Choisir. 

"Les commerçants vont à l'encontre de la loi" dénonce Nicolas Mouchnino, chargé de mission à l'UFC-Que Choisir
écouter

Pourtant, les commerçants ont bien l'obligation d'accepter de collecter un appareil hors service. Mais souvent, ils laissent le consommateur se débrouiller sans information. Alors que les financements sont là : les clients mettent chaque année 180 millions d'euros au pot.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.