Cet article date de plus de neuf ans.

Les agriculteurs mobilisés contre de nouvelles normes environnementales

Une centaine d'agriculteurs a manifesté tôt mercredi matin devant le ministre de l'Agriculture. Ils dénonçaient les nouvelles contraintes liées à l'application de la "directive nitrates". D'autres manifestants ont eu lieu un peu partout en France.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Pascal Rossignol Reuters)

Les agriculteurs de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles), ont montré leur mécontentement
mercredi matin devant le ministère de l'Agriculture. Ils étaient une centaine à
déverser de la paille, des palettes, et à allumer quelques feux. La raison :
face à la fragilisation des nappes phréatiques, la France a récemment pris des
mesures restreignant plusieurs pratiques agricoles, car Paris était sous la menace de lourdes sanctions financières de la part de Bruxelles. Il s'agit de la "directive
nitrates" relative à la protection des eaux contre la pollution par les
nitrates d'origines agricoles. Pour la FNSEA, ces mesures, imposées par Bruxelles, ressemblent à un
"monstre administratif ". Une pétition demandant un moratoire a été
signée par 40.000 personnes.

"On
est venu démontrer l'amateurisme du ministre de l'Agriculture Stéphane
Le Foll qui empile les normes environnementales les unes après les autres"
Damien Greffin, le président de la FRSEA
Ile-de-France.

Damien Greffin, le président
de la FRSEA Ile-de-France Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles), était l'invité de France Info au moment de la
manifestation. "On n'ignore pas la directive nitrates et les questions
environnementales mais il faut laisser les producteurs produire
" a déclaré
Damien Greffin, ajoutant "on ne peut pas faire peser sur le monde
agricole des nouvelles normes tous les ans
". Selon la FRSEA, "chaque
mesure supplémentaire en matière environnementale condamne l'agriculture à
produire moins
". Il faut, selon Damien Greffin, trouver un équilibre entre la
production et les contraintes environnementales.

Des actions dans tout le pays

Très symbolique, l'action parisienne des agriculteurs n'est pas la seule en France.

Mardi soir déjà, au Mans, 150 agriculteurs ont déchargé du fumier et des pneus devant la cathédrale. A Rennes, ce sont environ 40 militants qui ont érigé un mur de parpaings devant la Direction régionale de l'environnement. A Brou, en Eure-et-Loir, une cinquantaine de personnes ont disposé des bottes de pailles sur les parkings de quatre enseignes de la grande distribution. En Vendée aussi les agriculteurs manifestent. Ils étaient 1.200 selon la police et 1.500 selon les syndicats à la Roche-sur-Yon.

A Nantes, une centaine de tracteurs ont déversé du lisier devant la Direction régionale de l'environnement.

Dans l'est du pays, des actions ont également eu lieu à Metz en Moselle, où les agriculteurs ont offert un veau au préfet de Lorraine, à Châlons-en-Champagne (Marne), mais aussi à Epinal (Vosges), Auxerre (Yonne), Valence (Drôme) ou Grenoble (Isère).

Face à cette mobilisation, la fédération France Nature Environnement estime que la lutte contre la pollution de l'eau par les nitrates est une priorité.

 

Dans un communiqué, les deux ministres concernés par le dossier, Stéphane Le Foll à l'Agriculture, et Delphine Batho à l'Ecologie, ont assuré qu'ils rechercheraient "un équilibre entre les exigences européennes, les objectifs écologiques et l'intérêt des agriculteurs".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.