Le phénomène El Nino plus puissant que jamais

Chaque année, le phénomène météorologique El Nino et ses vents à 400 km/h font des ravages à l'ouest du Pacifique. Mais selon une étude parue ce mardi, l'épisode 2015/2016 devrait être l'un des plus terribles observés depuis 1950.

(Trois tempêtes de catégorie 4 repérées en même temps dans le Pacifique. © NASA)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le Pérou avait déjà annoncé avoir rénoncé à l'organisation du Dakar la course automobile cet hiver pour se préparer au phénomène El Nino et mardi l'organisation métérologique mondiale a confirmé qu'il fallait s'attendre au pire.

Tellement terrible que les météorologistes américains l'ont surnommé Bruce Lee. Et c'est vrai que, comme l'icone des arts martiaux, El nino va frapper fort cette année. Ce phénomène naturel provoque généralement en hiver des sécheresses à l'ouest de l'océan pacifique et de fortes pluies côté est.Tandis qu'il se charge des eaux chaudes de l'océan qui bloquent les alizés, son intensité varie.

VIDEO. Expliquez nous... El Nino

Mais cette année, la mer est particulièrement chaude. L'organisation météorologique mondiale a relevé ses balises de températures des eaux de surface du pacifique et elles sont 2°C au dessus des normales de saison. Une différence énorme qui peut provoquer des tempêtes en Polynesie et sur tout le continent américain.

El Nino influence le climat mondial

Pendant ce temps, de l'autre coté, en Chine, en Australie ou au Japon, on attendra desespérement la pluie. Selon les scientifiques, le phénomène n'avait enregistré de tels records qu'en 1973, 1983 et 1997. A l'époque, l'Indonésie et la Papouasie Nouvelle-Guinée avaient fait les frais de terribles incendies alors que le sud-est des Etats Unis connaissait de fortes innondations et des vents pouvant aller jusqu'à 400 km/h.

Pour nous en Europe, le phénomène influence aussi la météo mais à l'inverse. Si El Nino est puissant, il réduit alors le risque de fortes tempêtes et ouragans sur le vieux continent.