Cet article date de plus de dix ans.

Les "mesures d'urgence" du gouvernement pour l'énergie solaire

Le dispositif prévoit notamment de doubler la production d'énergie photovoltaïque.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La centrale photovoltaïque de Toul-Rosières (Lorraine) est l'une des plus grandes de France.  (EMILE POL / SIPA)

Le gouvernement souhaite relancer la filière photovoltaïque française. La ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Delphine Batho, a présenté, lundi 7 janvier, des "mesures d'urgence" pour le solaire, lors d'un déplacement en Mayenne chez MPO, fabricant français de panneaux solaires. Son intention est de doubler les objectifs de productions, "à 1 000 mégawatts" en 2013 et de défendre le "patriotisme écologique". Francetv info détaille ces mesures.

Agrandir le parc photovoltaïque français

Parmi les mesures annoncées, la ministre a indiqué avoir saisi la Commission de régulation de l'énergie (CRE) d'un projet d'appel d'offres pour de nouveaux parcs photovoltaïques d'un total de 400 mégawatts, soit environ un quart d'un gros réacteur nucléaire type EPR. Cet appel d'offres portera aussi sur de grandes installations photovoltaïques et concernera "à parts égales les technologies innovantes, photovoltaïque à concentration et photovoltaïque avec suivi du soleil, et les technologies matures sur ombrières et sur toitures", précise le ministère dans son communiqué.

Un second appel d’offres sera lancé au cours de l’année 2013, ciblant notamment d’autres technologies innovantes dans le domaine solaire.

Augmenter le tarif du solaire "made in Europe"

Autre mesure principale du plan : bonifier de 5 à 10% les tarifs auxquels EDF rachète l'électricité en France, lorsque les cellules et les panneaux sont "made in Europe". Ces mesures, promises par l'exécutif en septembre, étaient très attendues par la filière solaire française, à la peine depuis environ deux ans. Elle subit en effet la forte concurrence des panneaux chinois. "L'enjeu est bien de montrer que la filière française existe, que nous avons une carte à jouer sur les produits à haute valeur ajoutée", a expliqué Delphine Batho au Monde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.