Cet article date de plus de dix ans.

Le fond de l'océan Arctique libère du méthane plus rapidement que prévu ce qui pourrait aggraver le réchauffement

"Cette découverte met en évidence une source de méthane importante mais jusqu'ici négligée provenant du permafrost (le sol gelé en permanence, ndlr) situé sous l'eau, plutôt que sous les terres", précise l'étude.Les chercheurs soulignent que "ces émissions risquent d'avoir à l'avenir un effet dramatique sur le réchauffement climatique".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'Océan arctique - 03/09/10 (AFP Denis Sarrazin)

"Cette découverte met en évidence une source de méthane importante mais jusqu'ici négligée provenant du permafrost (le sol gelé en permanence, ndlr) situé sous l'eau, plutôt que sous les terres", précise l'étude.

Les chercheurs soulignent que "ces émissions risquent d'avoir à l'avenir un effet dramatique sur le réchauffement climatique".

Cette équipe de recherche internationale sous la direction de Natalia Chakhova et Igor Semiletov, de l'université de Fairbanks en Alaska, a étudié entre 2003 et 2008 les eaux du plateau arctique de Sibérie orientale, qui couvrent plus de deux millions de km2 dans l'océan Arctique.

Les scientifiques ont longtemps considéré que le permafrost situé sous l'océan Arctique constituait une barrière infranchissable pour le méthane, un gaz dont l'effet de serre est trente fois supérieur à celui du CO2. Mais les observations de l'équipe de l'université de Fairbanks montrent que le permafrost sous-marin est perforé et laisse échapper de grandes quantités de méthane. Plus de 80% des eaux en profondeur et plus de la moitié des eaux de surface étudiées présentaient un niveau de méthane environ huit fois supérieur à la normale, selon l'étude.

Or, même si seule une fraction du méthane stocké dans le plateau continental est libéré, l'effet peut être très important. "Le permafrost situé sous le fond de l'océan contient de grandes quantités de carbone et les experts craignent que le méthane qu'il libère ne conduise à la hausse des températures atmosphériques, entraînant par un cercle vicieux la
libération d'une plus grande quantité de méthane du permafrost et un réchauffement plus important", expliquent les auteurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.