Cet article date de plus de neuf ans.

Le coût de l'EPR augmente (encore)

EDF a annoncé lundi avoir relevé le coût de l'EPR de deux milliards d'euros. La construction du réacteur nucléaire de Flamanville va désormais s'élever à 8,5 milliards d'euros. En cause, notamment, des problèmes et des retards subis par le chantier.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Benoit Tessier Reuters)

Initialement, le coût de l'EPR devait s'élever à 3,3
milliards d'euros. L'an dernier, il avait été quasiment doublé passant à 6
milliards d'euros. EDF vient d'annoncer que le réacteur nucléaire EPR de Flamanville
dans la Manche couterait au final 8,5 milliards d'euros.

Dans un communiqué, le groupe a expliqué avoir pris en
compte l'évolution du design de la chaudière, des études d'ingénierie
supplémentaire, l'intégration de nouvelles exigences règlementaires. EDF a
aussi tiré les enseignements de la catastrophe de Fukushima.

Par
ailleurs, EDF explique avoir été confrontée à des "aléas industriels",
comme le remplacement  des "consoles" et
ses conséquences sur le
planning des travaux
, qui a dû être réaménagé, ainsi que de "l'impact
financier de l'allongement des délais de construction". En
revanche, EDF promet toujours une mise en service de ce réacteur de 3e
génération pour 2016.

"Une gabegie financière" pour José Bové

Le
député européen écologiste José Bové dénonce une "gabegie financière"
: "Aujourd'hui on a une centrale nucléaire qui est un gouffre
financier. Cela va aboutir à une augmentation du coût de l'électricité ou à une
ponction sur le budget de l'État."

Pour
José Bové, le choix qui aurait dû être fait aurait dû être celui de l'arrêt de
la construction de cette centrale. Au lieu de cela, explique José Bové :

"On
continue de vouloir injecter des milliards jours après jours dans un projet
dont on sait très bien qu'il n'est pas l'avenir."

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.