La décharge flottante du Pacifique fait trois fois la taille de la France

Ces estimations sont ainsi 4 à 16 fois supérieures à deux précédentes études de ce vortex, soulignent les chercheurs, qui mettent en avant des observations plus fiables. 

Des bâteaux participent à une opération de la firme Ocean Cleanup, dont l\'ambition est de nettoyer l\'océan des particules de plastiques, jeudi 22 mars 2018. 
Des bâteaux participent à une opération de la firme Ocean Cleanup, dont l'ambition est de nettoyer l'océan des particules de plastiques, jeudi 22 mars 2018.  (OCEAN CLEANUP / AFP)

Des milliards de morceaux de plastique, 80 000 tonnes de déchets : la gigantesque décharge qui flotte dans le Pacifique est bien plus importante qu'estimé précédemment, selon une étude publiée jeudi 22 mars dans la revue Scientific Reports (lien en anglais). Connue comme la "grande zone d'ordures du Pacifique" (Great pacific garbage patch, en anglais, soit GPGP), elle s'étend sur une surface de trois fois la France. 

Alors que la production de plastique dépasse 320 millions de tonnes par an, une partie de ces sacs, bouteilles, emballages, filets de pêche abandonnés et microparticules dégradées s'agglutinent dans plusieurs zones des océans, sous l'effet de tourbillons géants formés par les courants marins, et ils menacent animaux et écosystèmes. Le plus grand de ces vortex, le GPGP, se trouve à mi-chemin entre Hawaï et la Californie. 

Estimant que tout km2 contenant plus d'un kilo de plastique fait partie de cette poubelle du Pacifique, ils évaluent sa taille à environ 1,6 million de km2, soit trois fois la France continentale, même s'il ne s'agit pas d'une masse compacte. Et en se basant sur la récolte de 1,2 million d'échantillons et sur des survols aériens, ils concluent aussi que 1 800 milliards de morceaux de plastique, pesant un total de quelque 80 000 tonnes, flottent dans ce magma qui "augmente de façon exponentielle". Ces estimations sont ainsi 4 à 16 fois supérieures à deux précédentes études de ce vortex, soulignent les chercheurs.