La construction de bâtiments neufs sera soumise à de nouvelles normes à l'été 2021, avec pour objectif 30% d'économies d'énergie

Un seuil maximal d'émissions de gaz à effet de serre des consommations d'énergie sera notamment instauré. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un chantier dans le centre-ville de Montpellier (Hérault), le 24 juillet 2020.  (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)

Objectif : une réduction d'au moins 30% de la consommation d'énergie au quotidien ainsi que des émissions de gaz à effet de serre lors de la construction. Le ministère de la Transition écologique a publié, mardi 24 novembre, les nouvelles normes de construction des bâtiments neufs. Ces nouvelles règles, dites RE 2020, doivent entrer en vigueur à partir de l'été 2021 au lieu de janvier 2021, comme cela avait été prévu avant la crise sanitaire.

Le dévoilement de ces nouvelles normes, dont les premiers décrets et arrêtés doivent être mis en consultation début décembre, intervient alors que le Haut Conseil pour le climat a tancé mardi la France pour son retard dans la décarbonation du secteur du bâtiment.

Le premier volet concerne la "sobriété énergétique", a détaillé en conférence de presse Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. Pour cela, le besoin énergétique (Bbio), un indicateur qui traduit les besoins en énergie d'un bâtiment pour rester à une température "confortable", sera l'instrument clé, précise le ministère. Ainsi, par rapport à la précédente réglementation datant de 2012, tous les nouveaux logements devront ainsi avoir un Bbio 30% inférieur.

Une accélération en 2024

Un seuil maximal d'émissions de gaz à effet de serre des consommations d'énergie sera en outre instauré. Il sera plus strict pour les logements individuels, tandis que pour les logements collectifs "la transition sera progressive entre 2021 et 2024".

De plus, "la RE 2020 prendra aussi en compte le besoin de froid (...) pour limiter un besoin qui sera de plus en plus nécessaire, celui de refroidir son logement et plus uniquement de le chauffer", a souligné Barbara Pompili, en préconisant d'"éviter au maximum" le recours à la climatisation.

Concernant la construction et la démolition, qui représentent 60% à 90% de l'empreinte carbone d'un bâtiment d'une durée de vie de cinquante ans, des efforts devront également être faits. Sur ce volet, l'effectivité des nouvelles normes ne se fera cependant qu'à partir de 2024, le temps que la filière s'approprie la méthode d'analyse. Les émissions de gaz à effet de serre pour la construction devront ainsi baisser de 15% en 2024, de 25% en 2027 puis de 30% à 40% selon le type d'habitat d'ici à 2030.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.