L'Unesco renonce pour l'instant à placer la Grande Barrière de corail sur la liste des sites en péril

L'Australie a salué cette décision et la reconnaissance de son "engagement" pour protéger le site.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une vue aérienne de la Grande Barrière de corail, au large de l'Australie, le 7 janvier 2015. (THIERRY GRUN / ONLY WORLD / AFP)

L'Australie a évité vendredi 23 juillet que l'Unesco inscrive la Grande Barrière de corail sur sa liste des sites du Patrimoine mondial en péril, malgré l'inquiétude de la communauté scientifique sur la dégradation de cet écosystème unique.

Le Comité du patrimoine mondial a décidé de reporter une telle décision, après un lobbying intense de Canberra. Il est actuellement réuni en ligne sous la présidence depuis Fuzhou (Chine) de Tian Xuejun, vice-ministre chinois de l'Education et président de la Commission nationale chinoise pour l'Unesco.

"J'aimerais remercier sincèrement les éminents délégués pour avoir reconnu l'engagement de l'Australie envers la protection de la Grande Barrière de corail", a déclaré au Comité la ministre australienne de l'Environnement, Sussan Ley.

L'agence des Nations unies avait publié en juin les préconisations de ses experts et organismes consultatifs suggérant que cet écosystème soit rangé sur la liste des sites "en péril" du fait de sa détérioration, pour beaucoup due à la récurrence des épisodes de blanchissement des coraux, conséquence des bouleversements climatiques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.