Cet article date de plus de dix ans.

L'Antarctique, le continent aux 595 000 manchots empereurs

La population de ces oiseaux est deux fois plus importante que ce que l'on estimait auparavant, selon une étude publiée vendredi aux Etats-Unis. A l'origine de cette découverte, des images satellite.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un manchot empereur et son petit photographiés à Snow Hill Island, en Antarctique. (CORDIER SYLVAIN / HEMIS.FR)

La population de manchots empereurs dans l'Antarctique est près de deux fois plus importante qu'estimée, révèlent des images satellitaires utilisées par une équipe de recherche, dans une étude publiée vendredi 13 avril aux Etats-Unis. Les colonies de ces grands oiseaux de 20 à 40 kilos, pouvant mesurer jusqu'à 1,15 m, se détachent sur les images satellite à très haute définition, grâce à leur plumage noir et blanc.

"Nous sommes ravis de pouvoir situer et identifier un aussi grand nombre de manchots empereurs avec un décompte de 595 000 de ces oiseaux, soit près du double des estimations précédentes de 270 000 à 350 000", souligne le géographe Peter Fretwell, principal auteur de cette étude. "C'est le premier recensement aussi étendu de ces populations de manchots menée à partir d'observations satellitaires", ajoute-t-il. Les chercheurs ont pu analyser en détails 44 colonies de manchots tout autour des côtes de l'Antarctique, dont sept étaient inconnues. 

Une méthode applicable aux espèces menacées

"Les méthodes que nous avons utilisées représentent un énorme pas en avant pour l'écologie de l'Antarctique dans la mesure où nous pouvons effectuer des recherches efficacement, avec très peu d'impact environnemental, relève Michelle LaRue, de l'Université du Minnesota, principal coauteur de l'étude financée par la Fondation nationale américaine des sciences. Les retombées de cette étude sont importantes. Elles nous permettront d'appliquer nos méthodes à d'autres espèces très peu connues de l'Antarctique", parfois en voie de disparition.

Les manchots empereurs se reproduisent dans des zones très difficiles à étudier car souvent inaccessibles. Le thermomètre peut y descendre jusqu'à -50 °C. "Les recherches en cours laissent penser que les colonies de manchots empereurs seront gravement affectées par les changements climatiques, note Phil Trathan, un biologiste qui a coécrit l'étude. Un recensement précis et régulier des populations de manchots empereurs sur l'ensemble du continent antarctique peut nous aider à observer l'impact du changement climatique sur ces oiseaux emblématiques."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.