Cet article date de plus de sept ans.

Japon : le nouveau Premier ministre visite Fukushima

Le Premier ministre japonais est allé samedi matin visiter la centrale nucléaire de Fukushima. Trois jours à peine après son investiture, Shinzo Abe a remercié les ouvriers chargés du démantèlement du complexe. Il a également déclaré qu'il voulait "accélérer autant que possible les opérations".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Maxppp)

C'est un déplacement hautement symbolique pour le tout
nouveau Premier ministre japonais, trois jours à peine après son investiture. Samedi matin, Shinzo Abe s'est rendu sur les
lieux de la catastrophe de Fukushima. Il a tout d'abord passé une heure et
demie sur le site-même de la centrale, à Fukushima Daiichi. Vêtu d'un uniforme
bleu et d'un masque de gaze, le Premier ministre japonais est allé près des
réacteurs 5 et 6, les moins endommagés par le séisme et le tsunami du 11 mars

  1. Il s'est également rendu près des sites où sont entreposés les déchets et
    gravats radioactifs.

"Accélérer autant que possible les opérations de démantèlement."

Il s'est ensuite adressé aux ouvriers qui travaillent au
démantèlement futur de la centrale. Il leur a envoyé un message de "remerciements
et d'encouragements
". Shinzo Abe leur a précisé que le site était
"désormais dans une phase de préparation pour le démantèlement "
et qu'il voulait "accélérer autant que possible les opérations ". Selon le précédent gouvernement japonais, les opérations de démantèlement dureront 40 ans.

Le Premier ministre japonais s'est également rendu à J
Village
, la base d'où partent et où reviennent les ouvriers chargés des
travaux : "en cette période de fêtes de fin d'année, même si c'est très
difficile aussi pour vos familles, œuvrez avec courage en veillant bien à votre
sécurité
".

Selon Shinzo Abe, le Japon ne peut pas se passer de l'énergie nucléaire

Dernière étape de ce périple, la localité de Kawauchi, à 33km
de la centrale. La ville veut faire revenir les habitants pour redonner vie à
la région sinistrée. Le Premier ministre s'est arrêté dans la première
supérette à rouvrir ; il a serré la main à quelques anciens habitants qui
habitent dans des préfabriqués provisoires. "Vous savez : c'était une
belle ville avant, mais maintenant il n'y a plus que des personnes âgées qui
sont prêtes à revenir
", raconte l'un de ces habitants. Shinzo Abe a
dit "regretter ce qui s'était passé ". "Nous allons œuvrer
de toutes nos forces pour que vous retrouviez votre vie quotidienne antérieure.
"

Pronucléaire assumé, le nouveau Premier ministre nippon est
resté volontairement prudent quant à la politique énergétique qu'il s'apprête à
mener : "dans les trois prochaines années, nous allons faire le maximum
pour faire progresser les énergies alternatives, à commencer par les
renouvelables, et définir dans les 10 ans à venir quel est le meilleur bouquet
énergétique
". Shinzo Abe a déjà expliqué que, selon lui, le Japon ne
peut pas se passer d'énergie nucléaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.