Greta Thunberg accuse le Forum de Davos d'avoir "complètement ignoré" les revendications climatiques

Attaquée par le secrétaire au Trésor américain, elle a répondu sur Twitter.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La militante économiste Greta Thunberg lors du discours de Donald Trump à Davos (Suisse) mardi 21 janvier 2020. (FABRICE COFFRINI / AFP)

"Nous avions quelques revendications (en arrivant). Evidemment, elles ont été complètement ignorées. Mais nous nous y attendions". Greta Thunberg a dressé son bilan du Forum économique mondial de Davos (Suisse), vendredi 24 janvier. Invitée pour la deuxième année consécutive au rassemblement annuel de l'élite politique et économique, la jeune militante écologiste a conclu sa semaine en organisant au pied des pistes sa "grève pour le climat".

"Cela n'a évidemment pas d'effet. Nous sommes constamment critiqués de cette manière. Si nous y faisions attention nous ne pourrions pas faire ce que nous faisons. Nous nous mettons nous-mêmes sous le feu des projecteurs", a analysé la militante qui a demandé un arrêt immédiat du financement des énergies fossiles. Visée, sans être nommée directement, par le discours de Donald Trump qui avait ainsi fustigé les "prophètes de malheur et les prédictions d'apocalypseclimatique, dans un discours mardi dernier.

"Pas besoin de diplôme"

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, avait conseillé jeudi à Greta Thunberg de "faire des études d'économie et d'aller à l'université". "Qui est-elle ? Une cheffe économiste ?", avait ironisé le ministre. La jeune Suédoise, qui a interrompu pour un an son cursus scolaire afin de se consacrer à la mobilisation climatique, avait répliqué sur Twitter qu'il n'y avait "pas besoin de diplôme universitaire" pour déterminer que les efforts de réduction des émissions de CO2 étaient insuffisants, graphique à l'appui.

Vendredi, Steven Mnuchin a également déclaré que, selon lui, "il faudrait parler de problèmes environnementaux, pas de changement climatique" et estimé que c'était "un problème parmi beaucoup d'autres".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.