Cet article date de plus de dix ans.

Greenpeace : le tribunal correctionnel se déclare incompétent

Le tribunal correctionnel de Troyes a refusé aujourd'hui de condamner les neuf militants de Greenpeace qui s'étaient introduits dans une centrale nucléaire à Nogent-sur-Seine.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le tribunal demande une requalification des chefs d'accusation en "introduction non autorisée dans un bâtiment intéressant la défense nationale" . C'est le tribunal de Reims qui serait alors compétent.

Les prévenus avaient comparu le 20 janvier pour "violation de domicile et locaux professionnels et dégradations en réunion" . Le procureur avait alors réclamé des peines de quatre à six mois de prison avec sursis, et des amendes de 1.000 à 1.500 euros.

Mais pour le tribunal correctionnel, les militants ne peuvent pas être jugés sur ces chefs d'accusation. Les magistrats invitent les pouvoirs publics à requalifier les faits et à saisir une nouvelle juridiction.

Le 5 décembre dernier, les neuf militants avaient investi (sans grande difficulté) la centrale de Nogent-sur-Seine, pour dénoncer le manque de sécurité des sites nucléaires en France. Certains s'étaient cachés près de quatorze heures à l'intérieur du site.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.