Cet article date de plus de dix ans.

Greenpeace : Ayrault demande un "geste humanitaire" à Medvedev

En déplacement à Moscou, le Premier ministre français a tenté vendredi d'infléchir la position russe sur le cas des 30 militants de Greenpeace, dont un Français, interpellés après avoir tenté d'escalader une plate-forme pétrolière de Gazprom dans l'Arctique. Dmitri Medvedev a assuré que "cette affaire sera examinée dans le strict respect de la législation russe."
Article rédigé par Sylvie Johnsson
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Reuters)

Le sort des militants de Greenpeace interpellés en septembre après avoir tenté d'escalader une plate-forme pétrolière de Gazprom dans l'Arctique a été évoqué vendredi matin par Dmitri Medvedev et Jean-Marc Ayrault. Les 30 militants, qui formaient l'équipage du l'Actic Sunrise, ainsi et deux journalistes freelance, ont été inculpés de "hooliganisme ", un crime passible de 7 ans de prison en Russie.

Incarcérés à Mourmansk, ils sont en
train d'être transférés vers une prison à Saint-Pétersbourg,
a annoncé vendredi après-midi l'ONG. "Il sera plus facile aux familles et
aux responsables consulaires de 
visiter
les trente. Mais il n'y a aucune garantie que les conditions dans le nouveau
centre de détention seront mieux qu'à Mourmansk. En fait, cela pourrait 
être
pire
", a commenté le directeur de Greenpeace.

Un Français parmi les 30 militants incarcérés

"Une opération initiée par cette organisation non gouvernementale a donné lieu à des arrestations, une procédure judicaire est en cours, j'ai demandé qu'il puisse y avoir un geste humanitaire à son égard ", a affirmé Jean-Marc Ayrault au cours d'une conférence de presse en compagnie de Dmitri Medvedev vendredi matin. Le Premier ministre était notamment interpellé sur le cas du Français Francesco Pisanu.

De son côté, le chef du gouvernement russe a confirmé qu'il avait "vraiment discuté"  de cette question avec son homologue français. "J'ai attiré l'attention sur le danger de ce type d'activités. Les équipements d'extraction de gaz et de pétrole, ça peut être dangereux" .

Et il a assuré "la République française et l'opinion publique"  que "cette affaire sera examinée dans le strict respect de la législation russe."

A LIRE AUSSI >
Manifestation pour les militants de Greenpeace détenus en Russie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.