Glissement de terrain en Isère : "On vit au jour le jour, mais on y croit"

Depuis plus de trois mois, la vallée de la Romanche vit au rythme d’un glissement de terrain. Sur les 800.000 mètres cubes de roches qui devaient se déverser dans le lac artificiel du Chambon, la moitié est déjà tombée. France Info est allée à la rencontre des habitants sur place.

(Les spécialistes avaient annoncé un décrochage massif et brutal le 6 juillet, qui n’a pas eu lieu. © France Info / Rémi Ink)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La route départementale 1091, axe majeur de circulation qui relie Grenoble à Briançon, est fermée depuis le 10 avril dernier. Les spécialistes avaient annoncé un décrochage massif et brutal le 6 juillet, qui n’a pas eu lieu. Néanmoins, le glissement de terrain est en cours, et d'après la préfecture de l'Isère, le plus gros s'est produit ce mercredi soir. Du coup, les chemins de randonnés avoisinants, le GR50 et le GR54 ont été rouverts. Un nouveau "glissement brutal" n'est cependant pas à exclure, précise la préfecture. 

A l’est du tunnel du Chambon, dans le village de la Grave - 800 habitants - on attend l’épilogue. La vallée, très prisée des touristes, accuse le coup et l’impact économique est certain : 60% de fréquentation en moins au camping, des chambres vides au mois d'août, deux-tiers des clients qui manquent au téléphérique pour aller admirer le glacier et quand ils sont présents les frais supplémentaires les font fuir. Isolés depuis trois mois, contraints de se déplacer en hélicoptère ou par des détours routiers de plusieurs heures, les habitants attendent, épuisés, la réouverture de la route. 

Les habitants du village de la Grave, attendent l'épilogue du glissement de terrain de la vallée de la Romanche en Isère - Rémi Ink
--'--
--'--
(Des navettes en hélicoptère ont été mises en place début juillet pour permettre aux riverains isolés de se rendre à leur travail. © France Info / Rémi Ink)
(A la mi-juillet, les autorités locales ont évalué à 800.000 mètres cubes le volume des rocs en suspension. © France Info / Rémi Ink)
(Vu du village de la Grave sur glaciers de la Meije. © France Info / Rémi Ink)

A LIRE AUSSI ►►► Isolé depuis trois mois, la Grave espère beaucoup de Manuel Valls