Gaspillage : Edouard Philippe annonce l'interdiction de la destruction des produits non alimentaires invendus d'ici 2023

Le gaspillage de ces invendus sera interdit d'ici deux à quatre ans en France. Le Premier ministre a présenté ce dispositif comme une "première mondiale". 

Le Premier ministre Edouard Philippe, le 29 mai 2019, lors d\'une séance de questions au gouvernement à l\'Assemblée nationale.
Le Premier ministre Edouard Philippe, le 29 mai 2019, lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le gouvernement s'engage un peu plus dans la lutte contre le gaspillage. La destruction des invendus non alimentaires (vêtements, électroménager, produits d'hygiène ou de beauté etc.), un des cas emblématiques du gaspillage, va être interdite d'ici deux à quatre ans en France, a annoncé, mardi 4 juin, Edouard Philippe. Le Premier ministre a présenté la mesure comme une "première mondiale". Elle figurera dans le projet de loi antigaspillage et pour une économie circulaire présenté en juillet au Conseil des ministres.

Ce dispositif vise à imposer de donner ces produits ou de les recycler, à partir de fin 2021 ou de fin 2023 suivant les cas, en complément aux mesures déjà adoptées ces dernières années contre le gaspillage alimentaire. Aujourd'hui, plus de 600 millions d'euros de produits non alimentaires neufs et invendus sont jetés ou détruits chaque année, selon Matignon.

"Nous pouvons éviter (...) ce gaspillage scandaleux", a expliqué le Premier ministre devant la presse. "Notre idée, ce n'est pas de contraindre ou d'imposer, mais d'accompagner les entreprises (...) faire en sorte que nous passions à une étape nouvelle de notre économie."