Cet article date de plus de huit ans.

Fukushima : niveau élevé de strontium 90 dans les eaux souterraines

Ravagée par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, l'usine de Fukushima découvre petit à petit l'ampleur des dégâts. Après plusieurs alertes en quelques mois, la société Tepco, gérante du site, annonce la découverte de taux élevés de strontium 90, substance radioactive extrêmement toxique, dans l'eau souterraine accumulée au pied d'un réacteur.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Ce n'est pas la première alerte. La société Tepco, gérante du site de Fukushima, manque
d'espace de stockage des eaux usées. Mais ce mercredi, la société japonaise annonce que le taux de strontium 90 détecté dans les
eaux souterraines de la centrale est de plus en plus élevé.

Un taux 30 fois supérieur à la limite

Les nombreux tests effectués sous le réacteur dévasté par le tsunami de 2011, montrent que le taux de strontium 90 a été multiplié par 100 au cours des six derniers mois. Le taux maximum toléré étant de 30 becquerels par litre d'eau et le taux détecté en mai dernier étant de 1000 becquerels par litre, la dose de strontium 90 présente dans ces eaux est 30 fois supérieure à la limite tolérée.

Ce mercredi, Toshihiko Fukuda, directeur général de Tepco, annonce également que les  taux de tritium, substance moins toxique mais dangereuse, augmentent également.

Des rejets tout près de la mer

Ces eaux se trouvent dans les souterrains du réacteur n°2,
principal touché par la catastrophe de 2011, au bord de l'océan Pacifique. Les gérants de Tepco avaient récemment demandé l'autorisation d'y
rejeter l'eau faiblement contaminée, faute de place pour la stocker. Cette découverte de taux élevés de strontium 90 remet évidemment cette possibilité en question.

L'eau contaminée ne doit pas être déversée dans l'océan" (Michiaki Furukawa)

Pour Michiaki Furukawa, ingénieur nucléaire et professeur émérite à l'Université de Nagoya, l'impact de tels rejets n'est pas négligeable. "Ils doivent la  stocker à un endroit où elle ne peut pas s'écouler hors de la  centrale ", réagit-t-il.

Discours rassurant malgré tout

Ce mercredi, le directeur de Tepco annonce également que les
eaux souterraines contaminées au strontium 90 n'ont pas pu se déverser
accidentellement dans la mer.

Depuis la catastrophe de 2011, Tepco ne cesse de revoir à la hausse ses chiffres sur les taux de radiation, initialement rassurants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.