Cet article date de plus de six ans.

François Hollande confirme la fermeture de la centrale de Fessenheim

"Le décret d'abrogation de l'autorisation d'exploiter la centrale de Fessenheim sera pris cette année", a affirmé François Hollande lundi dans son discours lors de la 4e Conférence Environnementale, à l'Elysée. C'est la première étape pour tenir ses engagements sur la réduction de la part du nucléaire.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (La centrale nucléaire de Fessenheim dans le Haut-Rhin sera la première à fermer © MaxPPP)

François Hollande a ainsi confirmé que la plus vieille centrale française dans le Haut-Rhin serait la première à fermer dans les années qui viennent. C'était l'un de ses engagements en 2012.

Le chef de l'Etat a déclaré que "fermer une centrale nucléaire n’est pas une décision qui s’improvise, cela doit se faire selon un calendrier précis, dans le respect des personnels et de nos engagements en matière de climat." François Hollande a indiqué que "le premier rendez-vous, c'est en 2018, le premier avis que rendra l'Agence de sûreté nucléaire sur l’état du parc nucléaire français. Ensuite, EDF devra proposer la fermeture de certaines centrales".

Réduire la part de nucléaire à 50% d'ici 2025

François Hollande a confirmé qu'une "feuille de route sera présentée le 1er juillet" pour détailler les mesures engagées par le gouvernement afin d'atteindre les 50% d'énergies renouvelables dans la production énergétique française.

Le président de la République s'était engagé lors de la campagne présidentielle de 2012 à réduire la part du nucléaire dans le mix énergétique français de 70% à 50% d'ici 2025. Un engagement toujours d'actualité, pour le chef de l'Etat qui a réaffirmé que la France allait "doubler la puissance installée des éoliennes, et tripler celle du photovoltaïque d’ici à 2023".

  (Les 19 centrales nucléaires actuellement en fonctionnement en France © Visactu)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.