Environnement : la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen réclame un "Accord de Paris" pour la biodiversité

"Si nous n'agissons pas de toute urgence pour protéger notre nature, la prochaine pandémie sera au coin de la rue", a asséné la dirigeante européenne mardi, lors d'un discours devant le Forum économique mondial de Davos.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en session plénière au Parlement européen, à Bruxelles (Belgique), le 20 janvier 2021. (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS / AFP)

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a réclamé mardi 26 janvier un pacte international pour préserver la biodiversité, à l'image de l'Accord de Paris conclu en 2015 pour le climat, dans un discours devant le Forum économique mondial de Davos. "Nous avons beaucoup parlé des liens entre la perte de biodiversité et le Covid. Nous devons maintenant passer à l'action, a déclaré la dirgeante européenne. Si nous n'agissons pas de toute urgence pour protéger notre nature, la prochaine pandémie sera au coin de la rue."

La COP15 sur la biodiversité, qui se tiendra cette année à Kunming, en Chine, devra être "comme la COP21 l'a été pour le climat", avec "la même ambition au niveau mondial", a-t-elle insisté.

Ursula von der Leyen a également annoncé que sa Commission proposerait "une législation pour garantir que le marché de l'UE n'entraîne pas la déforestation à l'autre bout du monde", et qu'elle présenterait également "un cadre juridique pour la restauration d'écosystèmes sains".

"Si les températures continuent à augmenter et que la nature continue à disparaître, nous verrons davantage de catastrophes naturelles et de maladies", a poursuivi la dirigeante. "Quand nous perdons des forêts, on ne perd pas juste un espace vert ou de l'habitat naturel. Nous perdons un allié clé dans notre lutte contre le changement climatique", a-t-elle dit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.