Environnement : en Belgique, un chantier dantesque pour des autoroutes moins énergivores

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Environnement : en Belgique, un chantier dantesque pour des autoroutes moins énergivores
France 2
Article rédigé par
J.Gasparutto, C.Vanpée, M.Berckmans, F.Furnémont, F.Ducobu, O.Wislet - France 2
France Télévisions

En Belgique, les autoroutes sont éclairées toute la nuit. La Wallonie vient d'entreprendre un chantier titanesque pour remplacer les vieilles ampoules par des LED, beaucoup moins gourmandes en électricité.

Quasi-vides la nuit, les autoroutes belges sont pourtant éclairées par des lumières très énergivores, tellement puissantes que l'on reconnaît la Belgique depuis l'espace. La région wallone vient de lancer un grand chantier. Toutes les vieilles lampes à sodium sont désormais remplacées par des LED, de quoi faire chuter la consommation d'énergie de 76%. Les lampadaires sont également équipés de capteurs pour prendre la main à distance sur l'éclairage. "On peut surveiller à chaque instant de la nuit le fonctionnement des luminaires, explique Bertrand Vanden Abeele, directeur général de Luwa. On peut aussi et surtout envoyer des commandes sur ce luminaire, pour abaisser la puissance (…) en fonction des conditions de trafic

100 000 lampadaires à changer

Les autoroutes ne seront donc plus éclairées au maximum durant toute la nuit. Les techniciens ont programmé différentes intensités d'éclairage, afin de faire davantage d'économies. "À partir de 22 heures on a un premier palier de gradation, qui baisse la luminosité de 30%, à minuit on a un second palier de gradation qui baisse l'intensité lumineuse à 50%, et on remonte à 6 heures du matin à 100%", détaille Constant Winckel, directeur de Luwa digital et innovation. Les lampadaires pourront également prévenir certains dangers. Le chantier est colossal : 2 700 kilomètres de route à équiper et 100 000 lampadaires à changer. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.