Cet article date de plus de trois ans.

Environnement : à Orléans, une mesure choc pour protéger les arbres de la ville

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Environnement : à Orléans, une mesure choc pour protéger les arbres de la ville
Environnement : à Orléans, une mesure choc pour protéger les arbres de la ville Environnement : à Orléans, une mesure choc pour protéger les arbres de la ville (France 2)
Article rédigé par France 2 - J.Neny, J.Assouly, M .Barrois, P.Frandouiller, F.Dumont
France Télévisions
France 2

À Orleans (Loiret), la mairie vient d’adopter une mesure choc pour protéger les arbres de la ville. Chacun a désormais une valeur et les abîmer pourrait coûter très cher... 

Le maire (LR) d’Orléans (Loiret), Serge Grouard, s’inquiète de la santé de ses administrés, mais aussi de celle de ses arbres. Désormais, chacun d’entre eux a un prix : 10 000 euros pour les platanes, et jusque 88 000 euros pour un if. L’évaluation a été effectuée grâce au barème de l’arbre, lancé par une association et adopté récemment par la mairie. L’outil de calcul en ligne repose sur plusieurs critères précis, comme l'espèce de l’arbre, le prix en pépinière, les bienfaits pour la qualité de l’air, les désagréments éventuels ou encore le coût de gestion. 

"L’arbre est prioritaire"  

Pour le maire, cette entreprise de classement des 25 000 arbres de la ville doit résonner comme un avertissement. "Parfois, l’arbre arrive un peu en bout de course, quand on refait une voirie, on va planter des arbres si on peut, comme on peut, explique Serge Grouard. Nous, on dit, 'l’arbre, il est prioritaire'. Pour ceux qui pourraient se placer en infraction, on leur dit : ‘attention, ça peut vous coûter très cher’". En cas d’infraction, le responsable devra remplacer l’arbre endommagé au prix indiqué. Les habitants semblent convaincus. "Ça me paraît normal, commente l'un d'eux. L’entreprise qui casse un mur chez quelqu’un, elle remplace le mur, on fait réparer. Et bien pour un arbre, c’est pareil."  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.