En Chine, les mines de bitcoins menacent les objectifs climatiques du pays, selon une étude

Pour l'un des auteurs de l'étude, les "mineurs" de bitcoins devraient être incités à s'installer dans des régions ayant recours à des énergies renouvelables, afin d'éviter de saper les efforts du pays pour atteindre ses objectifs en matière de réduction des gaz à effet de serre. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une mine de bitcoins, dans le Sichuan, en Chine, le 6 avril 2017.  (IMAGINECHINA  / AFP)

En Chine, la monnaie virtuelle menace les efforts pour lutter contre le réchauffement climatique. Gourmandes en électricité, les mines de bitcoins chinoises, qui alimentent près de 80% du commerce mondial de cryptomonnaies, compromettent l'objectif climatique du pays de devenir neutre en carbone d'ici 2060, selon une étude publiée mardi 6 avril dans la revue scientifique Nature (lien en anglais).

Une mine de bitcoins se présente en réalité comme un site rempli de microprocesseurs qui tournent pour effectuer des calculs mathématiques pour le réseau de la monnaie virtuelle. Ces ordinateurs, à l'origine de la création de bitcoins, consomment d'énormes quantités d'électricité, tirée à hauteur de 40% de centrales au charbon.

Ainsi, selon cette étude, si rien n'est fait, ces mines d'un genre nouveau produiront 130,50 millions de tonnes métriques d'émissions de dioxyde de carbone d'ici 2024, soit près du total des émissions annuelles de gaz à effet de serre de l'Italie ou de l'Arabie saoudite.

L'industrie du bitcoin devrait consommer 0,6% de l'électricité mondiale en 2021

"L'exploitation intensive du bitcoin en Chine peut rapidement devenir une menace qui pourrait potentiellement saper l'effort de réduction des émissions", a déclaré à l'AFP l'un des coauteurs de l'étude, Wang Shouyang, qui appartient à l'Académie chinoise des sciences. Pour ce dernier, le gouvernement chinois devrait se concentrer sur la modernisation du réseau électrique pour assurer un approvisionnement stable à partir de sources renouvelables.

"Comme les prix de l'énergie dans les régions chinoises à énergie propre sont plus bas que ceux des régions alimentées en charbon, les 'mineurs' [qui font tourner leur matériel informatique pour effectuer des calculs et participer au réseau, dans le but de recevoir une récompense en bitcoins] devraient être davantage incités à s'installer dans les régions à énergie propre", a-t-il ajouté.

Cette année, l'industrie des mines de bitcoins devrait consommer 0,6% de la production totale d'électricité dans le monde, soit plus que ce dont a besoin annuellement la Norvège, selon l'indice de consommation d'électricité des bitcoins de l'université de Cambridge.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.