Empreinte énergétique des géants du web : Amazon à la traîne, selon Greenpeace

L'ONG Greenpeace publie mardi son classement des opérateurs de données les plus respectueux de l'environnement, baptisé "Clicking clean". Parmi les mauvaises élèves, on trouve notamment Amazon et Netflix.

Dispositif de refroidissement d\'un data center de Google à Saint-Ghislain, en Belgique.
Dispositif de refroidissement d'un data center de Google à Saint-Ghislain, en Belgique. (YVES HERMAN / REUTERS)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Greenpeace publie mardi 10 janvier son nouveau classement "Clicking clean", qui évalue l'empreinte énergétique des opérateurs de centres de données de sites internet.

Si Apple, Google, Facebook et Switch (un opérateur de "data centers") ont fait de gros efforts pour tendre vers une énergie d’origine 100% renouvelable, ce n'est pas le cas d'Amazon qui est parmi les plus mal classés des 70 sites internet et applications évalués. L'entreprise, et en particulier sa division Amazon Web Services (AWS), leader du marché du cloud computing, est loin de favoriser les énergies renouvelables et manque de transparence sur son approvisionnement énergétique. Greenpeace pointe aussi du doigt le fait qu'elle développe ses activités dans des régions alimentées par "des énergies sales, comme le charbon".

Netflix, géant du streaming, doit "montrer l'exemple"

Samsung et Netflix font également partie des mauvais élèves. Pour Greenpeace, Netflix "doit assumer ses responsabilités, montrer l’exemple et faire en sorte que sa croissance soit alimentée par des énergies renouvelables, et non par des combustibles fossiles". L'ONG souligne que "Netflix affiche l’une des plus fortes empreintes écologiques parmi les entreprises évaluées dans le rapport", alors qu'elle capte "un tiers du trafic internet en Amérique du Nord".

Pour la première fois, Greenpeace a aussi analysé les performances d’entreprises asiatiques, notamment Tencent, Baidu, Alibaba, et Naver, dont les activités s’internationalisent de plus en plus. L'ONG constate qu'il est difficile pour elles de favoriser les énergies renouvelables, "principalement à cause de fournisseurs d’énergie qui bénéficient d’une situation de monopole et ne proposent qu’une offre limitée en matière d’énergie propre". En matière d'énergies renouvelables, ce sont les entreprises américaines qui prennent les engagements les plus précis. Selon Greenpeace, "elles ont montré qu’une énergie propre était bénéfique à la fois pour la planète et pour les affaires".