Cet article date de plus de quatre ans.

Deux milliards de personnes utilisent de l'eau potable contaminée par des matières fécales

L'eau potable contaminée causerait "plus de 500 000 décès provoqués par la diarrhée chaque année", selon l'OMS.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des habitants s'approvisionnent en eau à Bhopal (Inde), le 21 mars 2017. (PRAVEEN BAJPAI / AFP)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) lance, jeudi 13 avril, un cri d'alarme sur l'état de l'eau dans le monde. "Aujourd'hui, près de deux milliards de personnes utilisent une source d'eau potable contaminée par des matières fécales, ce qui les expose à contracter le cholera, la dysenterie, la typhoïde et la polio, explique la directrice du département Santé publique, le docteur Maria Neira, dans un communiqué. On estime que l'eau potable contaminée cause plus de 500 000 décès provoqués par la diarrhée chaque année."

En 2015, l'ONU a élaboré une liste de 17 objectifs de développement durable à atteindre en 2030. L'un de ces objectifs est de garantir l'accès de tous à l'eau et à l'assainissement et d'assurer une gestion durable des ressources en eau. Cet objectif ne pourra toutefois pas être atteint "à moins que des mesures ne soient prises pour utiliser les ressources financières de manière plus efficace et accroître les efforts pour identifier de nouvelles sources de financement", prévient l'OMS dans son rapport annuel.

De la nécessité d'investir encore

En moyenne, les pays ont augmenté de 4,9% leurs dépenses en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène durant ces trois dernières années, note l'OMS. Mais 80% d'entre eux indiquent que les financements dédiés à ces sujets sont toujours insuffisants pour répondre aux objectifs de l'ONU. Pour les atteindre, les investissements en infrastructures devront tripler et atteindre 114 milliards de dollars (107 milliards d'euros) chaque année, selon des chiffres de la Banque mondiale cités par l'OMS.

Pour y parvenir, l'OMS souligne la nécessité de trouver de nouvelles sources de financement, comme les taxes. "C'est un défi que nous avons la capacité de résoudre, a affirmé Guy Ryder, président de l'ONU-eau et directeur général de l'Organisation internationale du travail (OIT). Accroître les investissements dans l'eau et l'assainissement peut générer des avantages importants pour le développement et la santé humaine, créer de l'emploi."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.