Enfouissement de déchets radioactifs à Bure : les zadistes ne s'avouent pas vaincus

L'intervention de la gendarmerie à Bure, dans la Meuse, est toujours en cours à la mi-journée. Des opposants à un projet d'enfouissement de déchets nucléaires occupaient la zone depuis un an et demi.

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La gendarmerie est intervenue au bois Lejuc, dans la Meuse, aujourd'hui jeudi 22 février afin d'évacuer une zone occupée par des opposants à un futur centre d'enfouissement de déchets nucléaire. À la mi-journée, l'intervention est toujours en cours. Sur place, Angélique Étienne fait le point. "À la mi-journée, les opposants sont séparés en deux groupes. Il y a ceux qui sont toujours au bois Lejuc, encerclés par les gendarmes depuis 6 heures du matin. Selon la gendarmerie, ils seraient 4, certains perchés dans des arbres à 20 mètres de hauteur, clamant qu'ils n'abandonneront pas", précise-t-elle.

Les opposants ne s'avouent pas vaincus

D'autres sont à l'intérieur de la "maison de la résistance" dans le village de Bure, QG des opposants. La journaliste explique : "Certains sont même montés sur le toit afin de surveiller les gendarmes qui les encadrent et pour éviter qu'ils pénètrent le bâtiment. Cette évacuation intervient à la veille d'une rencontre qui aurait dû avoir lieu entre Sébastien Lecornu, secrétaire d'État chargé du dossier, et les opposants. Pour ces derniers, il n'est plus question de dialoguer, ils déclarent être déterminés et qu'ils ne cèderont pas. Ils appellent à un rassemblement de soutien ce jeudi 22 février à 18 heures devant toutes les préfectures de France."

Le JT
Les autres sujets du JT
(FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)