Déchets nucléaires à Bure : on "a besoin de plus de forces de sécurité" face à des opposants "violents et radicalisés"

Stéphane Martin, maire de Gondrecourt-le-Château (Meuse), espère une augmentation de la présence des forces de l'ordre sur le site du projet d'enfouissements des déchets nucléaires à Bure, dans la Meuse.

Bloqués par plusieurs gendarmes mobiles à la sortie du village de Saudron (Haute-Marne), des opposants au projet Cigéo ont monté une rapide barricade quand d’autres sont allés dans le champ d’à côté, le 16 août 2016. Avec les premiers jets de grenades lacrymogènes. 
Bloqués par plusieurs gendarmes mobiles à la sortie du village de Saudron (Haute-Marne), des opposants au projet Cigéo ont monté une rapide barricade quand d’autres sont allés dans le champ d’à côté, le 16 août 2016. Avec les premiers jets de grenades lacrymogènes.  (MAXPPP)

Stéphane Martin, maire de Gondrecourt-le-Château (Meuse), espère que la visite de Sébastien Lecornu, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique, lundi 29 janvier à Bure, va être l'occasion d'obtenir "des garanties sur la sécurité des habitants du territoire". Selon l'élu, il y a aujourd'hui sur la zone "une poignée d'opposants" au projet du site d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure (Meuse) "qui sont de plus en plus violents et radicalisés".

Une ZAD s'est installée depuis juin 2015 dans la forêt où ce centre doit être construit. Stéphane Martin, favorable au projet Cigéo, a expliqué lundi sur franceinfo qu'une "frange d'opposants a tenté de mettre un incendie dans un hôtel-restaurant situé juste en face de l'Andra, à Bure. Il faut rappeler les évènements du 15 août qui ont été extrêmement violents", insiste-t-il. Pour ces différentes raisons, il va demander à Sébastien Lecornu, lors de sa rencontre avec des élus locaux, "plus de forces de sécurité sur le territoire".

Je fais le distinguo entre les opposants historiques (...) et des opposants qui ne sont pas du territoire, qui sont antisystèmes, anti-projets et qui systématiquement s'opposent à tout projetStéphane Martinà franceinfo

Sur ce projet, Nicolas Hulot estime que Cigéo est la moins mauvaise des solutions. Selon Stéphane Martin, "les déchets existent depuis des décennies, on se rend compte qu'il faut bien faire quelque chose de ces déchets". L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) est installée sur le territoire depuis "plus de 20 ans", rappelle l'élu local, qui ajoute que l'agence "fait de la recherche sur la faisabilité de ce projet".

Prévu pour 2021, le projet de site d'enfouissement suscite également des attentes sur le plan économique. Si les associations d'opposants n'y voient aucun avantage, Stéphane Martin attend de Sébastien Lecornu "peut-être des annonces sur des retombées économiques, sur le développement du territoire et sur les emplois qui seront créés". Surtout, le maire de Gondrecourt-le-Château espère une "garantie de la sûreté du projet".