Les neuf dernières années sont parmi les dix plus chaudes jamais enregistrées, selon l'agence américaine NOAA

Quelques jours après l'agence européenne Copernicus, l'Agence nationale océanique et atmosphérique américaine a publié son bilan de l'année 2021.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une forêt en flammes, le 22 septembre 2021 à Johnsondale, en Californie (Etats-Unis). (PATRICK T. FALLON / AFP)

Le réchauffement climatique est bien en marche. Les neuf dernières années font partie du "top 10" des années les plus chaudes depuis le début des relevés en 1880, et 2021 se place au sixième rang, selon le rapport annuel de l'Agence nationale océanique et atmosphérique américaine (NOAA), publié jeudi 13 janvier. Et la dixième année manquante ne remonte pas à loin, puisqu'il s'agit de 2010 (placée en neuvième position).

Cette tendance avait déjà été soulignée lundi par le service européen Copernicus d'observation de la Terre, qui avait mis en valeur que les sept dernières années ont été de façon "nette" les plus chaudes jamais enregistrées. Il avait classé 2021 à la cinquième place, mais il n'est pas rare que les agences présentent de légères différences dans leurs données.

Un réchauffement de +1,04 °C

Selon la NOAA, 2021 se révèle être la sixième année la plus chaude depuis 1880. La moyenne de 2021 a été tirée à la baisse par le phénomène météo La Niña, qui tend à refroidir les températures, note la NOAA. La température moyenne enregistrée l'année dernière a été de 1,04 °C supérieure à l'ère préindustrielle (1880-1900).

L'objectif de l'accord de Paris est de contenir le réchauffement "nettement" sous +2 °C, et si possible à +1,5 °C, par rapport à l'ère préindustrielle. Mais les engagements de réduction d'émissions pris par les différents pays, en comptant ceux annoncés à l'occasion de la COP26 en novembre, laissent le monde sur une trajectoire de réchauffement de 2,7 °C, niveau qualifié de "catastrophique" par l'ONU.

Le réchauffement climatique en cours, d'une rapidité et d'une amplitude sans précédent, est clairement attribuable aux activités humaines et notamment aux énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon), massivement utilisées depuis la Révolution industrielle. L'année 2021 a été marquée par de nombreuses catastrophes naturelles.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise climatique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.