Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Interdiction des trottinettes électriques : pour le bien de la planète, faut-il renoncer à celles en libre-service ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Dimanche 2 avril, les habitants de Paris devront voter pour ou contre l’interdiction des trottinettes électriques partagées dans les rues de la capitale. À cette occasion,  La chronique “1 planète, des solutions” réalisée par NOWU en partenariat avec France Info décrypte l’impact environnemental de cette nouvelle mobilité « douce ».
Chronique Environnement (NOWU) du 31 mars 2023 Dimanche 2 avril, les habitants de Paris devront voter pour ou contre l’interdiction des trottinettes électriques partagées dans les rues de la capitale. À cette occasion, La chronique “1 planète, des solutions” réalisée par NOWU en partenariat avec France Info décrypte l’impact environnemental de cette nouvelle mobilité « douce ». (France Info)
Article rédigé par NOWU - Nicolas Quénard
France Télévisions
Dimanche 2 avril, les habitants de Paris devront voter pour ou contre l’interdiction des trottinettes électriques partagées dans les rues de la capitale. À cette occasion, La chronique “1 planète, des solutions” réalisée par NOWU en partenariat avec France Info décrypte l’impact environnemental de cette nouvelle mobilité « douce ».

Plus les trottinettes électriques évoluent, moins elles sont polluantes

Ce qui est une bonne nouvelle en soi ! Entre la 1ère génération de trottinettes électriques sorties en 2019 qui pesait une douzaine de kilos avec une durée de vie assez courte et la 2ème génération sorties un an plus tard, cette fois-ci plus massive avec des batteries amovibles (et donc plus d’autonomie), l’impact environnemental a changé.

« Aujourd’hui, une trottinette électrique en libre-service émet environ 60 g d’équivalent CO2 par kilomètre parcouru et par personne contre 110 g il y a 4 ans », explique Anne de Bortoli, chercheuse en mobilité et auteure de la dernière étude sur le sujet.

Les raisons de cette amélioration ? Une durée de vie des trottinettes plus longue et une gestion plus écologique de la flotte au quotidien (récupérer les trottinettes chaque soir pour les recharger avant de les replacer sur leurs places de parkings).

Un mode de déplacement doux avec un fort niveau de pollution…

En partant du principe que tout déplacement pollue, pour calculer l’empreinte carbone d’une trottinette électrique, il faut le comparer à celui des autres moyens de transport. Par exemple : 

  • Une trottinette électrique en libre-service de 2e génération : 60 g CO2/km/pers
  • Un vélo partagé (électrique et non-électrique) : 20 g CO2/km/pers
  • Un vélo personnel sans assistance électrique : 10-12 g CO2/km/pers
  • Un trajet en métro/RER : 8-10 g CO2/km/pers

La trottinette électrique à donc un impact environnemental plus élevé que les autres modes des transport dits “doux” mais « reste 3 à 4 fois moins polluant qu’un trajet en voiture », souligne Anne de Bortoli. 

…mais qui à son lot d'effets bénéfiques en fonction de l’usage qu’on en fait !

Idéalement, le plus vertueux serait de remplacer nos trajets polluants par d’autres qui le sont moins. À l’inverse, remplacer des modes de déplacement verts par d’autres plus émetteurs de CO2 est contre-productif.

Voilà pourquoi l’impact environnemental de la trottinette électrique en libre-service dépend également des usages de leurs utilisateurs. Et selon les résultats d’une enquête menée à Paris en 2020, seulement 7% des trajets en trottinettes électriques partagées remplaçaient des trajets qui auraient été faits autrement en voiture. Un résultat assez faible mais qui prouve que la trottinette électrique peut être un plus pour les villes au niveau de la réduction de notre impact environnemental. 

« elles permettent à certaines personnes de moins prendre leur voiture ce qui économiserait chaque année 7400 tonnes de CO2 rien qu’à Paris en plus de faciliter l’accès aux transports en commun » conclut Anne de Bortoli, « même si elles ne remplaceront jamais totalement la voiture, elles participent à changer notre imaginaire. Par exemple, on a constaté que certaines personnes achetaient leur propre trottinette après avoir testé celles disponibles en libre-service. C’est donc une vraie porte d’entrée vers une mobilité plus douce. »

Quelles solutions pour réduire l’impact environnemental des trottinettes électriques ?

  • Pour les aficionados de ce mode de déplacement, investir dans sa propre trottinette électrique (qui a un impact de 12 g CO2/km parcouru) permet de réduire votre impact environnemental plutôt qu’en utilisant celles en libre-service (qui ont une durée de vie plus faible).

  • Une grande majorité des trottinettes électriques étant fabriquées à partir d'aluminium chinois (polluant car produit à partir d’électricité carboné), privilégier une autre source plus écologique ou utiliser des matières premières avec une empreinte environnementale plus faible pourrait améliorer l’impact des trottinettes.

  • L’extraction et le recyclage du lithium (qui est un métal rare) contenu dans les batteries reste le point crucial des trottinettes électriques. En 2022, seulement 12% d’entre elles étaient recyclées. Mais privilégier l’économie circulaire pourrait permettre de conserver les stocks de lithium encore sous terre.

  • Mieux gérer la flotte des trottinettes électriques en libre-service (qui représente une bonne partie de la pollution qu’elles génèrent) est un chantier majeur dans les années à venir.


    NOWU c’est le média positif pour s’informer et se bouger pour la planète ! Sa mission : permettre aux jeunes européens de devenir des acteurs face aux défis environnementaux grâce à des contenus déculpabilisants et tournés vers les solutions.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.