Climat : l'Antarctique frappé par une vague de chaleur sans précédent

Plusieurs stations météorologiques du continent ont battu des records de température pour un mois de mars. "C'est un événement comparable au dôme de chaleur de 2021 en Amérique du Nord. Ce n'est pas censé arriver", a réagi sur Twitter un chercheur français.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La base franco-italienne de Concordia, le 24 janvier 2013 en Antarctique. (FRANCOIS LEPAGE / HANS LUCAS / AFP)

Coup de chaud sur le continent le plus froid de la planète. En Antarctique, plusieurs stations météorologiques ont battu, vendredi 18 mars, des records de chaleur, sidérant les scientifiques spécialistes de la région. Alors que l'automne commence sur ces terres australes, il a ainsi fait -17,7 °C sur la base russe de Vostok (contre -32,7 °C pour le précédent record mensuel), -12,2 °C à Concordia (record tous mois confondus) ou encore 4,9 °C à Dumont d'Urville, la base française de l'est du continent (contre 3,4 °C pour le précédent record mensuel).

Pour le chercheur Jonathan Wille, de l'université de Grenoble-Alpes, "c'est un événement comparable au dôme de chaleur de 2021 en Amérique du Nord. Ce n'est pas censé arriver." 

Un événement favorisé par le changement climatique

Cette vague de chaleur intervient alors que la température planétaire grimpe sous l'effet du réchauffement climatique. Interrogé par le Washington Post (en anglais), Jonathan Wille rappelle qu'il est toujours difficile d'attribuer un événement ponctuel à ce phénomène global, mais précise que ce dernier favorise l'apparition de telles vagues de chaleur. "Nous pensons qu'elles deviendront plus intenses, parce que c'est juste de la physique. Mais nous sommes encore en train d'essayer de comprendre les détails. Il me paraît très difficile de dire qu'il n'y a pas la trace du changement climatique dans un événement comme celui-ci", poursuit le chercheur.

Pour le moment, Jonathan Wille ne s'inquiète pas d'une éventuelle fonte des glaciers. "On est plutôt en train de se dire : 'tiens, c'est bizarre, cela pourrait arriver plus souvent à l'avenir. Et là, cela pourrait être grave", poursuit-il dans les colonnes du journal américain. D'éventuelles fontes en Antarctique alimenteraient encore un peu plus la montée des océans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise climatique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.