La reine Elizabeth II est "énervée et frustrée" de ne pas assister à la COP26, selon un journaliste britannique

La reine Elizabeth II a annoncé mardi qu'elle ne pourra pas se rendre à la COP26 qui démarre le 31 octobre à Glasgow (Ecosse) pour des raisons de santé. La souveraine en est "énervée et frustrée", selon le journaliste britannique Philip Turle. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La reine Elizabeth II le 7 octobre 2021 au palais de Buckingham Palace à Londres (Angleterre). (VICTORIA JONES / AFP)

La reine Elizabeth II a fait savoir dans un communiqué diffusé mardi 26 octobre qu'elle ne se rendrait pas à la COP26, qui se tient du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow (Ecosse), pour raisons de santé. Elle devait assister à la réception de l'événement le lundi 1er novembre. Selon le journaliste britannique de France 24 Philip Turle, Elizabeth II est "énervée et frustrée" de ne pas pouvoir assister à ce sommet. "Elle regrette de ne pas pouvoir y aller. Elle tenait beaucoup à être présente car, d'après nos sources, elle est extrêmement frustrée par l'attitude de certains chefs d'Etat."

La souveraine a dû alléger son emploi du temps à plusieurs reprises depuis la mi-octobre. Elle a renoncé à une visite en Irlande du Nord sur avis de ses médecins avant de passer la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 octobre à l'hôpital privé Edward VII de Londres. 

>> COP26 de Glasgow : franceinfo lance l'opération spéciale #MontéeDesEaux

"Il y a deux façons de voir l'annonce de Buckingham Palace", commente-t-il. "La première, c'est que la situation [liée à sa santé] est peut-être plus sérieuse qu'on ne le dit. D'une autre manière, il est vrai que c'est une vieille dame de 95 ans, qui a eu un mois d'octobre extrêmement chargé, avec des visites à Edimbourg, Buckingham Palace, a reçu Bill Gates lors de ses rendez-vous, fait du télétravail tous les jours... Aucune autre personne de son âge au monde n'a un emploi du temps aussi chargé", rappelle le journaliste, selon qui elle est "fatiguée".

Philip Burle avance une autre hypothèse : "En ce moment, en Grande-Bretagne, il y a eu une augmentation nette du nombre de cas de Covid-19. Les médecins de la reine ne veulent courir aucun risque pour sa santé." Pour autant, le journaliste britannique assure que la souveraine est une "bête de travail", qui "ne lâchera pas le travail car, depuis 1947, elle a toujours dit qu'elle servira le peuple".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers COP26

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.