Dérèglement climatique : des impacts dramatiques dans l'Arctique

Publié Mis à jour
Dérèglement climatique : des impacts dramatiques dans l'Arctique
FRANCE 2
Article rédigé par
L. Lacroix, A. Koun, A. Dalsbaek - France 2
France Télévisions

Le réchauffement climatique, au cœur de la COP26 qui s’est ouverte à Glasgow (Écosse), mardi 2 novembre, est particulièrement perceptible dans les zones les plus froides du monde. Résultat, dans le Grand Nord, l'Océan Arctique gèle de plus en plus tard et le sol s'affaisse.

À Tiksi, en Iakoutie (Sibérie, Russie), la toundra s’étend sur plusieurs centaines de kilomètres au nord du cercle polaire. Dans ce paysage d’un autre monde, la température a augmenté de plusieurs degrés depuis les années 1980. Pour arriver jusque-là, il faut passer des heures dans un étrange véhicule, seul moyen pour traverser ces étendues de plus en plus impraticables. "La toundra a commencé aussi à s’affaisser. Ces routes par lesquelles on passe, elles se transforment petit à petit en ruisseau. Si l’été est chaud, le sol s’enfonce de plus en plus", explique Sergueï Botchkariov, le chauffeur du véhicule. 

20 jours de grand froid en moins

Les pêcheurs de la mer des Laptev sont aux avant-postes du dérèglement climatique. La campagne de pêche vient de commencer, et elle fait vivre tout le village. Ce jour-là, il ne fait que - 8°C, une température élevée pour la saison. En 40 ans, la région a perdu 20 jours de grand froid, quand les températures sont en dessous de - 10°C.

Les conséquences se ressentent jusqu'au pôle nord, puisque la mer des Laptev est comme l'usine à glace de l'Arctique, comme l'explique Alexandre Goukov, météorologue : "La glace dérive en permanence en direction du Nord. Si elle se forme ici, elle est ensuite transportée vers l'Arctique, et même l'Atlantique." En 40 ans, la surface recouverte de glace en Arctique au mois de septembre a reculé de 30%, une perte équivalente à trois fois et demie la superficie de la France. 

Parmi Nos sources

Institut météorologique russe Rosguidromet (données analysées et compilées par Nikita Tananaev, chercheur à l’Institut du pergélisol de Iakoutsk).

Laboratoire du climat et des changements des écosystèmes nordiques, Institut des sciences naturelles, Université fédérale du Nord-Est, Iakoutsk (Kyunney Kirillina, Nikita Tananaev, JPL NASA)

Zachary Labe, chercheur à l’université du Colorado, spécialiste de la modélisation de la couverture de glace sur les océans. 

Centre national de données sur la glace et la neige (Etats-Unis) 

Liste non exhaustive

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.