COP26 : au Royaume-Uni, les actions controversées des militants écologistes pour alerter sur le climat

Début novembre se tiendra la conférence sur le climat à Glasgow, en Écosse. Pour montrer leur détermination, un groupe d’activistes britanniques multiplie les actions spectaculaires, voire dangereuses.

Article rédigé par
Richard Place, édité par Ariane Schwab - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Photo publié sur le compte twitter d"'Insulate britain". (CAPTURE D'ÉCRAN)

Devant le tribunal, ils sont une poignée venus cette fois soutenir leurs amis convoqués par la justice et qui ont écopé d’une injonction pour avoir bloqué des routes. Debout derrière une banderole "Insulate britain", le nom de leur mouvement qui a émergé il y a quelques semaines à peine, ils exigent la fin des passoires énergétiques, ces logements mal isolés. Les plus pauvres en souffrent au quotidien et le coût en énergie est élevé.   

Ruth, militante écologiste depuis les années 1970 est persuadée que ces actions coup de poing sont nécessaires. "J’ai fait des campagnes, des marches. J’ai écrit à mon député, je l’ai rencontré. Je me suis battue en tant que conseillère municipale. Et le climat nous échappe encore. Alors vous vous dites qu’il faut en faire plus. Aller plus loin que la plupart des gens. Ça permet de sensibiliser la population. On se rend compte que c’est sérieux." 

"Ce pays a lancé la révolution industrielle donc en quelque sorte le changement climatique. Nous avons une obligation morale."

Ruth, militante écologiste  

à franceinfo

Pour se faire entendre, les militants, vêtus de gilets fluo, s’assoient sur les routes et les autoroutes pour interrompre la circulation, provoquant des embouteillages monstres. Le ton monte régulièrement avec les automobilistes. Ce jour-là, on frôle le drame. Une conductrice excédée est à deux doigts d’écraser une femme assise devant sa voiture.

Ces scènes choquent et Boris Johnson n’a pas tardé à s’en prendre à ces manifestants, les qualifiant de "hargneux irresponsables". Le Premier ministre conservateur s’est même réjoui de "nouvelles mesures" annoncées prévoyant d'"isoler confortablement en prison, là où ils devraient être", ceux qu'il n'hésite pas à qualifier de "nuisance"

10 000 policiers seront déployés pour la COP26

Une réaction qui fait sourire le révérend Mark Coleman. Ce prêtre fait partie de ces militants : "Ils ne nous font pas peur. On s’intéresse à la science et à la foi. La science est claire sur ce sujet. La foi est simple : aimez Dieu, aimez votre voisin. Vous ne pouvez pas l’aimer si vous le condamner à un futur atroce. Le gouvernement doit agir."  À la question "bloqueriez-vous une ambulance ?", l’un des leaders du mouvement a répondu par l’affirmative. Une déclaration qui choque et ne fait pas l’unanimité au sein de ses propres troupes.  

La situation s'annonce tendue à Glasgow en novembre, où un rassemblement de 50 000 à 100 000 personnes est prévu en marge des deux semaines de la COP26, la conférence mondiale sur le climat. La police écossaise, qui déploiera 10 000 agents chaque jour, a prévenu que des mesures seront prises "lorsque la protestation commence à empiéter sur la capacité de la conférence à fonctionner".

Les écologistes radicaux au Royaume-Uni : reportage de Richard Place
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers COP26

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.