VIDEO. Transition écologique : "Il faut mettre en place une fiscalité carbone ciblée, à la carte", plaide le WWF

Pascal Canfin, directeur général de WWF, a plaidé sur franceinfo pour une fiscalité du carbone. Selon lui, "les sociétés les plus justes sont les plus écologiques". 

FRANCEINFO
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Au lendemain des annonces du gouvernement pour apaiser la colère des "gilets jaunes", Pascal Canfin, directeur général de WWF et ancien ministre s'est prononcé en faveur d'une "taxe carbone à la carte" mercredi 5 décembre sur franceinfo. "En ce moment, c'est la COP24 et le monde entier nous regarde", a-t-il ajouté. "Si le message qui est envoyé à l'échelle mondiale, c'est que même en France cela ne marche pas, alors dans d'autres pays ce sera la débandade."


franceinfo : L'écologie est-elle la grande perdante des annonces du gouvernement ?

Pascal Canfin : C'est un immense gâchis. Cela fait près d'un an que les ONG, dont la nôtre, et à l'époque Nicolas Hulot au gouvernement, alertaient sur le fait qu'on ne peut pas mettre en place une fiscalité écologique croissante si, en même temps, on n'a pas un accompagnement social de cette transformation. Le gouvernement ne nous a pas écoutés parce qu'il était bloqué sur la trajectoire budgétaire. Résultat des courses : on n'a ni la justice sociale, ni la justice fiscale, ni la transition ni la réduction du déficit budgétaire puisque renoncer à ces recettes fiscales va faire déraper le budget. Le gouvernement a donc aujourd'hui tout faux sur la séquence, il a tout perdu. On tient à ce que cette fiscalité carbone revienne. Nous allons jouer le jeu de la concertation et nous pouvons mettre sur la table des propositions plus intelligentes. Cette taxe carbone est totalement indifférenciée. Elle ne tient pas compte ni des revenus des gens, ni de la capacité à avoir une alternative concrète. Notre proposition, concrètement, c'est de mettre en place un dispositif fiscal qui tienne compte à la fois du revenu de la personne et de la voiture : plus elle est grosse et polluante, plus elle paye. Deuxièmement de tenir compte du territoire où cette personne vit en fonction des alternatives. Si vous croisez ces trois critères, alors vous pouvez avoir une fiscalité du carbone à la fois juste sur le plan social, et efficace puisqu'elle envoie un message très ciblé sur ceux qui ont des alternatives et qui continuent malgré tout de prendre leur voiture. Les recettes issues de cette taxe carbone serviront à la transition écologique et viendront ensuite accompagner ceux qui en ont besoin : ceux qui n'ont pas de solution pour changer leur voiture, isoler leur bâtiment ou changer leur système de chauffage.

Donald Trump a tweeté en s'adressant à Emmanuel Macron : "Je vous l'avais bien dit, c'est pour cela que j'ai refusé de signer l'accord de Paris sur le climat. Cet accord abouti à augmenter les prix de l'énergie". Il a raison ?

Il a absolument tort parce que les sociétés les plus justes sont aussi les plus écologiques. Et les sociétés qui sont les plus injustes, comme les États-Unis, le Brésil, sont aussi les moins écologiques. Il y a un seul chemin possible, celui de la transition juste. C'est le seul chemin qui est bon à court terme pour réduire les inégalités, remettre de la justice sociale et qui est bon à long terme pour les générations futures, pour le climat dont je rappelle l'urgence absolue. En ce moment il y a la COP24, le monde entier regarde ce qui est en train de se passer en France. Si le message qui est envoyé à l'échelle mondiale, c'est que même en France cela ne marche pas, alors dans d'autres pays ce sera la débandade.

Tous les gouvernements précédents ont reculé. Est-ce que vous ne vous heurtez pas régulièrement au plafond de verre de l'écologie dès lors que l'on touche à l'argent et au portefeuille ?

C'est pour cela qu'il faut changer les outils dont on dispose. Si on continue comme on l'a toujours fait pas le passé : on n'y arrivera pas. La proposition que je fais, c'est quelque chose qui n'a jamais été essayé qui permet d'être à la fois plus juste, plus efficace, plus acceptable socialement tout en gardant le cap de la transition écologique dont on a mille fois besoin.

Pascal Canfin, directeur général de WWF, invité de franceinfo mercredi 5 décembre. 
Pascal Canfin, directeur général de WWF, invité de franceinfo mercredi 5 décembre.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)