VIDEO. Référendum sur l'environnement : "un écran de fumée" pour Audrey Pulvar

Il y a "très peu de chances que l'Assemblée et le Sénat s'entendent" sur le sujet, juge l'adjointe à la Mairie de Paris.

FRANCEINFO / RADIOFRANCE
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'idée émise par Emmanuel Macron d'un référendum sur l'environnement est "un écran de fumée", a assuré dimanche 20 décembre sur franceinfo Audrey Pulvar, adjointe à la Mairie de Paris et probable future tête de liste du rassemblement de plusieurs partis de gauche en Île-de-France pour les élections régionales de 2021. "Quand il s'est agi de jeter par dessus bord les promesses" de la Convention citoyenne pour le climat, le chef de l'État "l'a fait sans état d'âme", pointe aussi Audrey Pulvar.

"Vous connaissez le proverbe préféré du président : la confiance c'est le problème de l'autre."

Audrey Pulvar, adjointe à la Mairie de Paris

à franceinfo

Inscrire la préservation de la biodiversité, de l'environnement et la lutte contre le dérèglement climatique, dans l'article 1 de la Constitution est "particulièrement important", selon Audrey Pulvar et pourrait "empêcher des décisions néfastes pour l'environnement", mais "le vrai problème de cette annonce d'Emmanuel Macron" est "qu'il y a très peu de chances que l'Assemblée et le Sénat s'entendent sur cet intitulé", pressent l'adjointe à la Mairie de Paris en charge de l’Agriculture, de l’Alimentation durable et des Circuits courts.

"Des renoncements, recul sur recul"

"Quand on fait cette annonce, qui, certes, est importante sur le plan symbolique, on oublie de dire tous les renoncements qu'il y a par ailleurs, par rapport aux propositions de la Convention sur le climat, sur la non-artificialisation des terres, sur la rénovation énergétique, sur le développement des transports collectifs les moins polluants, sur la publicité pour les véhicules les plus polluants, sur énormément de sujets, c'est recul sur recul sur recul", assène Audrey Pulvar.

Elle note également que le Haut conseil pour le Climat, dans son avis sur le plan de relance, "est très sévère" et considère que ce plan "n'est pas suffisamment transformateur de nos modes de vie et de nos habitudes". Audrey Pulvar souhaiterait mettre en place une "assemblée citoyenne du long terme" à l'échelle régionale, composée de 100 à 150 citoyens tirés au sort, "éclairés par un Conseil scientifique et qui pourront se prononcer sur les grands projets du Conseil régional (...) et initier des référendums régionaux".

Audrey Pulvar, adjointe à la Mairie de Paris, sur franceinfo le 20 décembre 2020.
Audrey Pulvar, adjointe à la Mairie de Paris, sur franceinfo le 20 décembre 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)