VIDEO. Le patron de La République en marche veut "multiplier" les conventions citoyennes, "peut-être même d'ici la fin du quinquennat"

Le délégué général du parti présidentiel a salué le "formidable travail" des 150 citoyens de la Convention citoyenne pour le climat.

FRANCEINFO / RADIO FRANCE
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"J'appellerai à ce qu'on puisse multiplier" les conventions citoyennes, "peut-être même d'ici la fin du quinquennat, sur d'autres sujets", a affirmé mercredi 24 juin sur franceinfo Stanislas Guerini, délégué général de La République en marche. Selon lui, ces conventions nous aident "à mieux travailler" et permettent à ce que "nos votes puissent avoir beaucoup plus de force et de capacité d'entraînement de la société française".

Les 150 citoyens tirés au sort pour la Convention citoyenne sur le climat ont voté dimanche 149 propositions transmises ensuite au gouvernement. "La démocratie délibérative qu'on a essayé de faire avec cette convention citoyenne ne doit pas venir en concurrence de la démocratie représentative", a précisé Stanislas Guerini.

Il y a des mesures sur lesquelles il faudrait pouvoir prolonger la concertation sur les territoires, pour créer du consensus dans notre démocratie aujourd'hui fatiguée.

Stanislas Guerini

à franceinfo

Le délégué général du parti présidentiel a salué le "formidable travail" des 150 citoyens tirés au sort, "qui est une réussite démocratique". Il a plaidé pour que "leurs propositions continuent à être étudiées", tout en se disant "respectueux" de leur travail. "Certaines de ces propositions peuvent être d'application quasi immédiate, c'était l'engagement du président de la République, d'autres nécessiteront un projet de loi", a-t-il ajouté.

Stanislas Guerini s'est dit ainsi "favorable à ce qu'il puisse y avoir un projet de loi pour porter un gros nombre de propositions qui seront soumises au débat public". Mais pour autant, il a fait part de ses réserves concernant la proposition de la convention d'abaisser la vitesse sur les autoroutes à 110 km/h : une proposition "que je n'aurais pas formulée et en l'état je ne suis pas favorable à ce qu'on puisse la voter comme ça", a-t-il estimé.

Stanislas Guerini, délégué général de La République en marche, était l\'invité de franceinfo mercredi 24 juin 2020.
Stanislas Guerini, délégué général de La République en marche, était l'invité de franceinfo mercredi 24 juin 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)