Conseil de défense écologique : le président de France Nature Environnement salue une "prise de conscience pour ce gouvernement Castex"

Invité sur franceinfo lundi 27 juillet, Arnaud Schwartz note "un premier pas pour ce gouvernement" après les annonces prises lors du Conseil de défense écologique à l'Élysée. Le président de France Nature Environnement dit désormais attendre des actes.  

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les terrasses chauffées seront interdites à partir du printemps 2021 a annoncé la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili. Photo d'illustration (BONNAUD GUILLAUME / MAXPPP)

"Nous voyons qu'il y a une prise de conscience qui s'est opérée", a salué lundi 27 juillet sur franceinfo Arnaud Schwartz, président de France Nature Environnement, après les conclusions du cinquième Conseil de défense écologique. La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a notamment annoncé un décret pour lutter contre les passoires thermiques, ainsi que l'interdiction d'ici à 2021 des terrasses chauffées.

"C'est un premier pas pour ce gouvernement Castex. Bien sûr, il y a beaucoup de mesures qui étaient déjà prévues. Il y a peu de nouveautés en définitive, et il y a certains aspects qui méritent d'être précisés. Ça va dépendre comment les paroles sont traduites en actes. En tout cas, pour l'instant, on voit qu'il y a des actes qui commencent à être annoncés. Donc, on a l'impression qu'il y a vraiment l'envie que ce virage soit pris", a ajouté le président de l'association de défense de l'environnement.

La fin des chaudières au fioul, "c'est du bon sens"

Arnaud Schwartz a également salué les annonces gouvernementales concernant la rénovation énergétique des logements : "On sait que le logement, c'est un des gros secteurs émetteurs de gaz à effet de serre sur lequel il faut agir. On a beaucoup de choses à changer dans différents domaines, notamment le logement, et c'est bien qu'enfin on dise par exemple, que les chaudières ne doivent plus être au charbon fioul. C'est du bon sens, mais il faut aussi le mettre dans la loi parce que sinon, il y aura toujours et encore des personnes qui pousseront à utiliser ce type d'outil."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.