Cet article date de plus de cinq ans.

Climat : des collégiens de retour du Spitzberg reçus à l’Elysée

Ils reviennent d’un voyage de trois jours au Spitzberg, une île de l’océan Arctique situées entre la Norvège et le pôle Nord où ils ont pu voir les effets du changement climatique. Ces quinze collégiens du Gers, ambassadeurs du climat, seront reçus ce lundi après-midi à l’Elysée. Et ils ont quelques messages à faire passer à François Hollande.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Le groupe de collégiens du Gers, emmené par le président du conseil général, Philippe Martin © RF/ Anne-Laure Barral)

 Bien emmitouflés sur le pont du bateau qui les emmène au pied du glacier Esmark, les quinze collégiens du Gers, guettent une rencontre avec un phoque, une baleine ou un ours polaire. "C’est incroyable. Jamais, je pensais que je ferais un aussi beau voyage dans ma vie" , s’exclame Iris, du collège Mathalin d’Auch. Animer les réseaux sociaux, transmettre leur photo comme leurs impressions c’est la mission de ces collégiens. La question qu’ils posent d’ailleurs le plus souvent est : "Est ce qu’il y a du wifi ? Mais devant la majesté des glaciers du Spitzberg, ils daignent aussi poser leur téléphone et regarder juste avec leurs yeux. "C’est un public formidable et hyper réceptif à ce qui les entoure ", explique leur guide et écologue, Jean-Baptiste Strobel.

Climat : des collégiens de retour du Spitzberg reçus à l’Elysée - le reportage d'Anne-Laure Barral
--'--
--'--

Ces jeunes savent qu’ils ont de la chance de faire un tel voyage mais ils devront aussi transmettre à leur retour ce qu’ils ont appris au Spitzberg. Assez vite d’ailleurs ils comprennent qu'eux aussi ont contribué au changement climatique par ce voyage. "On a calculé qu’entre l’avion, le car, les consommations d’eau, d’électricité à l’hôtel et la nourriture, il y en avait pour moins de 75 tonnes de Co2. C’est pour cela qu’ils pourront choisir un projet de compensation pour le carbone qu’ils ont émis." explique Xavier Hatchondo, en charge du changement climatique chez Ecocert.

Ces collégiens viennent de treize établissements différents mais ils ont été choisis  parce qu’ils sont les éco-ambassadeurs du conseil départemental des jeunes du Gers, un département dirigé par Philippe Martin, rapide ministre de l’environnement de 2013 à 2014. "C’est l’idée d’en faire des témoins vivants du changement climatique pour qu’ils gèrent la dette écologique qu’on leur transfère " explique le président du conseil général du Gers. 

Mais ces jeunes qui ont rendez-vous à l’Elysée ce lundi après-midi, on bien l’intention de demander à François Hollande, que sa génération commence à s’occuper aussi des voitures électriques, des transports en commun, de la lutte contre le gaspillage. "Il verra que l’on n'est pas que des gamins mais qu’on a aussi des choses à dire ", tempête Alix. 

Réussir la Conférence climat de Paris c’est aussi un des souhaits de ces collégiens qui participeront à une conférence de jeunesse pour le climat, la COY (Conférence Of Youth) au Bourget juste avant celles des grands. Et si on leur confiait les négociations ?

 (Le glacier Esmark recule en ce moment. Les scientifiques tentent de savoir si ce recul est irréversible © RF/ Anne-Laure Barral)
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.