Cet article date de plus de neuf ans.

Centrale nucléaire de Penly : "il n'y a plus de fuite", selon EDF

Le joint d'une pompe a laissé échapper de l'eau radioactive, jeudi après-midi. Le problème a été réglé dans la nuit, affirme EDF, qui assure qu'il n'y aura pas de conséquences sur l'environnement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La centrale nucléaire de Penly (Seine-Maritime), le 5 avril 2012. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

C'est fini, dit EDF. La fuite d'eau radioactive sur un joint du circuit de refroidissement du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Penly, en Seine-Maritime, a été maîtrisée vendredi 6 avril. "Depuis 4 heures ce matin, il n'y a plus de fuite, au niveau du joint de cette pompe", a annoncé EDF dans un communiqué.

"Dans la nuit du 5 au 6 avril, les équipes de la centrale de Penly ont réussi à maîtriser la fuite d'eau sur le joint de la pompe du circuit primaire de refroidissement du réacteur en faisant baisser la pression et la température de ce circuit", a-t-il précisé. Conséquence : "Ce retour à la normale sur le circuit de refroidissement a permis de lever le plan de mobilisation interne à 5h15 ce matin."

EDF a assuré que l'incident n'avait eu "aucune conséquence sur l'environnement". Il n'a "pas perturbé le refroidissement du réacteur". Ce dernier a été arrêté automatiquement jeudi. L'incident a été classé provisoirement au niveau 1 (le moins important) par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), sur une échelle qui en compte sept.

Le réacteur plusieurs jours à l'arrêt

Toutefois, le réacteur restera "plusieurs jours à l'arrêt", a déclaré vendredi Dominique Minière, directeur du parc nucléaire d'EDF, évoquant de 4 à 10 jours. Il s'agit à la fois de réparer la pompe du circuit primaire du réacteur endommagée jeudi et de "comprendre ce qui s'est passé dans le détail".

Le réacteur a continué à refroidir toute la nuit, et devrait être en "arrêt à froid", permettant une intervention à partir de ce soir ou ce week-end."Les équipes ont pu pénétrer à nouveau dans le bâtiment réacteur" pendant la nuit, où "il y a de l'éclairage, il n'y a pas de fumée". Selon lui, "tous les gens qui sont entrés dans le bâtiment ont été contrôlés. Aucun n'a été contaminé".

Jeudi, la fuite avait été contenue, "collectée dans des réservoirs prévus à cet effet", selon l'opérateur. Elle était due à un défaut "sur un joint de l'une des quatre pompes de refroidissement du circuit primaire dans le bâtiment réacteur de l'unité de production numéro 2". Les réservoirs sont situés "à l'intérieur du bâtiment réacteur".

Flaques d'huile et départs de feu

Ce défaut faisait "suite aux départs de feu survenus au niveau de cette pompe", a ajouté EDF. Les deux départs de feu ont été maîtrisés par les pompiers jeudi en début d'après-midi.

Le directeur délégué de la centrale, interrogé par nos confrères de France 3 Haute-Normandie, a expliqué que les feux étaient dus à la présence de "deux flaques d'huile"

"Incident très sérieux"

"Le nucléaire à la française - et le nucléaire en général - c'est toujours ça, il faut tirer très fort sur la ficelle" pour obtenir des informations, a réagi Cécile Duflot, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts. "On essaye toujours de dire : 'C'est pas grave, c'est pas grave.' C'est jamais grave."

"Je pense, au vu des informations dont on dispose, que c'est un incident très sérieux, mais que ce n'est pas une catastrophe", a-t-elle ajouté.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.