Cet article date de plus de dix ans.

Canicule : 34 départements en vigilance orange

Après le Sud-Ouest vendredi, la vague de chaleur s'est étendue au centre du pays, avec des températures qui ont dépassé les 40 degrés entre la Garonne et la Loire hier. Aujourd'hui, pas de baisse en perspective. Météo France s'attend même à ce que plusieurs records de chaleur soient battus.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Après une première moitié d'été sous la pluie, un 14 juillet privé de  feu d'artifice dans de nombreuses communes pour cause de météo automnale, place aux chaleurs étouffantes. 34 départements sont aujourd'hui en alerte canicule, avec un thermomètre qui tutoie les 38 à 40 degrés à l'ombre, et parfois même au-delà localement.

Brumisateurs, ventilateurs, calfeutrage des portes et fenêtres, serviettes humides pendues un peu partout dans la maison ou la caravane...  chacun sa méthode pour supporter ces températures que l'on n'attendait plus... et qui gagnent peu à peu du terrain. "L'air le plus chaud est actuellement entre la région Centre, le
Limousin, le Nord Aquitain et Midi-Pyrénées. Mais ça va se décaler à
l'Est
",  précise ce matin David Carayon, prévisionniste à Météo France.

A 5h ce matin, le thermomètre affichait déjà des températures comprises entre 18 et 23 degrés. A Lyon, on a relevé 25,6 degrés et à Bourgoin 24,6 degrés. L'Alsace ne sera pas épargnée non plus. On attend 38 degrés à l'ombre aujourd'hui à Strasbourg, très proches du record de la canicule de 2003 (38,5 degrés à l'époque dans la capitale alsacienne). Le Haut-Rhin où le niveau 2 du plan canicule a été activé.

Cet épisode caniculaire devrait durer jusqu'en début de semaine prochaine, notamment dans
la région Rhône-Alpes, avant un retour à des températures plus conformes à la normales mardi ou mercredi, mais toujours très estivales. L'été n'est pas terminé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.