Bulgarie : les producteurs de roses broient du noir

En Bulgarie, la récolte des roses a augmenté au point d'entraîner une baisse des prix qui désespère certains producteurs.

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Elles sont le trésor de la Bulgarie : des fleurs à perte de vue au pied des Balkans. À 200 km de Sofia se trouve la vallée des roses. Leur huile se vend à prix d'or. Parmi les milliers de variétés de roses, la Bulgare est l'une des plus renommées pour son parfum subtil. Mais, cette année, les producteurs sont très inquiets. La cueillette commence à l'aurore, avant que le soleil ne vienne sécher la rosée et ne fasse disparaître l'essence des fleurs. Aucune machine ne peut récolter les bons bourgeons, la récolte est obligatoirement manuelle. Un saisonnier peut récolter 30 kilos par jour et gagner 200 à 250 euros pendant la saison de mai à juin, l'équivalent du salaire minimum en Bulgarie.

Une récolte trop abondante et des prix en baisse

Cette année, la récolte est abondante en raison de bonnes conditions météo et de l'explosion des surfaces de rosiers cultivés, qui a bondi de 20 % en un an. Il y a trop de fleurs sur le marché : les prix sont divisés par deux, les producteurs ne parviennent plus à vendre. Mi-mai, certains ont manifesté en déversant des pétales, d'autres ont détruit leurs plantations. Ils reprochent aux distilleries de maintenir des prix très bas. La surproduction risque d'avoir un impact sur le prix de l'huile de rose qui pourrait baisser de 10 %. En 2014, la Bulgarie a obtenu un label européen pour son huile de rose, protection indispensable pour une fleur de plus en plus convoitée. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Rose bulgare
Rose bulgare (Capture France 3)