Vidéo En Israël, des tortues sont sauvées avec de la mayonnaise

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Pour sauver les tortues d'une marée noire, ces soignants d'un centre israélien utilisent un traitement très spécial : de la mayonnaise...
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Pour sauver les tortues d'une marée noire, ces soignants d'un centre israélien utilisent un traitement très spécial : de la mayonnaise...

De la mayonnaise pour sauver des tortues touchées par une marée noire. C'est l'une des conséquences du déversement d'hydrocarbures qui touchent les côtes libanaises et israéliennes depuis la mi-février 2021. En effet, le goudron peut intoxiquer les tortues et bloquer leur tube digestif. Ainsi, dans ce centre israélien, des tortues survivantes sont soignées à base d'un traitement spécial : de la mayonnaise. En effet, la mayonnaise décompose le goudron et le décolle de la paroi de l'intestin.

Une technique déjà utilisée

Cette technique avait déjà été utilisée en Floride en 2010 face à la marée noire causée par la plate-forme Deepwater horizon. Après l'arrivée des tortues, ce traitement leur est administré pendant plusieurs jours. Les soignants ont également dû retirer le goudron qui couvrait leur corps. Depuis la mi-février, au moins 22 tortues ont été retrouvées sur les plages du pays et la plupart sont mortes de leurs blessures. Des centaines d'autres pourraient avoir été touchées.

Plus de 1000 tonnes de goudron déversées

Plus de 1000 tonnes de goudron ont été déversées sur les côtes israéliennes, et les côtes libanaises ont également été touchées. Selon le ministre israélien de la Protection environnementale, le responsable serait le pétrolier d'une entreprise libanaise, qui reliait l'Iran à la Syrie. Une partie des tortues recueillies ici ont terminé leur traitement et ont pu être nourries de nouveau avec du poisson ou de la salade. Elles doivent encore être surveillées pendant plusieurs semaines.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Biodiversité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.