Un agriculteur charentais déverse trop de désherbants chimiques, il est condamné pour avoir détruit des espèces protégées

Trois associations s'était constituées parties civiles.

Une salamandre tachetée (illustration).
Une salamandre tachetée (illustration). (CHRISTIAN WATIER / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Un agriculteur de Taponnat-Fleurignac, village de Charente près d'Angoulême, a été condamné mardi 30 avril à 3 000 euros d'amende pour avoir pulvérisé des désherbants chimiques dans son bassin d'irrigation, rapporte France Bleu La Rochelle.

Voulant éliminer les chardons et les trèfles, l'agriculteur n'avait pas lésiné sur la quantité : plus de sept fois la dose recommandée. Résultat : une mortalité massive chez les tritons palmés ou marbrés, les larves de salamandres tachetées, les grenouilles agiles, les crapauds communs et les libellules résidant dans le bassin. Des "espèces animales non domestiques protégées".

Trois associations - Charente-Nature, la fédération de pêche de la Charente et France Nature Environnement - s'étaient portées parties civiles. Lors du procès en correctionnelle, début mars 2019, le parquet avait requis une peine d'emprisonnement de trois mois avec sursis, et une amende de 3 000 euros. Le tribunal n'a retenu que la sanction financière mais l'agriculteur devra également verser aux associations un total de 5 400 euros de dommages et intérêts.