Cet article date de plus d'un an.

Toulouse : un apiculteur envoie des abeilles mortes au gouvernement pour alerter sur les pesticides

L'apiculteur dénonce l'immobilisme du gouvernement sur les pesticides, les bêtes noires des abeilles. Selon lui, un tiers des occupantes des ruches meurt chaque année.

Article rédigé par
Avec France Bleu Occitanie - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des abeilles dans une ruche (illustration). (JEAN FRAN?OIS OTTONELLO / MAXPPP)

Un apiculteur toulousain envoie depuis lundi des abeilles mortes au gouvernement pour alerter sur les pesticides, rapporte mardi 21 mai France Bleu Occitanie.

Olivier Fernandez, qui est également le président du syndicat des apiculteurs de Midi-Pyrénées, envoie des abeilles mortes par la Poste à Emmanuel Macron et aux membres du gouvernement, à raison de 20 grammes d'abeilles mortes par enveloppe.

Un tiers des ruches meurt chaque année

Il y a urgence, alerte Olivier Fernandez : "Si on prend les chiffres du ministère de l'agriculture, il y a une mortalité d'un tiers des ruches chaque année", explique l'apiculteur, qui dénonce l'immobilisme du gouvernement sur les pesticides, les bêtes noires des abeilles. "On continuera à envoyer des abeilles mortes toute l'année, on a acheté a du stock en enveloppes. On continuera tant que le gouvernement ne s'occupe pas de protéger la biodiversité", poursuit-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.