Cet article date de plus d'un an.

Près de 40 000 coquillages ramassés sur les rives de la mer du Nord pour mesurer l'état de la biodiversité marine

"Les coquillages sont un bon indicateur de l'état de la biodiversité ", explique un biologiste de l'Institut flamand de la mer.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un bénévole ramasse des coquillages à Middelkerke (Belgique), le 25 mars 2023. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

L'initiative s'est déroulée sur 400 kilomètres de plage en France, en Belgique et aux Pays-Bas. Sur les rives de la mer du Nord, des centaines de personnes ont participé, samedi 25 mars, à la sixième grande journée de comptage des coquillages. Objectif : prendre le pouls de la biodiversité marine. Moules, huîtres, coques... Armés de seaux en plastique, environ 800 personnes ont ramassé des coquillages avant de les donner à des bénévoles, qui les ont soigneusement triés, puis comptés et consignés par espèce.

La crainte des espèces invasives 

Au total, quelque 38 000 coquillages ont été dénombrés, soit à peu près le même nombre qu'en 2022. "Les coquillages sont un bon indicateur de l'état de la biodiversité en mer du Nord", a expliqué le biologiste Jan Seys, de l'Institut flamand de la mer, organisateur de l'événement annuel. "L'année dernière, 15% des coquillages trouvés appartenaient à des espèces exotiques", particulièrement surveillées par les scientifiques qui craignent qu'elles ne soient invasives. "On a vu par exemple des espèces américaines apparaître sur nos côtes", comme le couteau américain, a continué Jan Seys.

"On a observé que des organismes vivant normalement dans des eaux chaudes apparaissent de plus en plus sur la côte", a ajouté Joris Hooze, biologiste à la retraite et membre d'une association belge dédiée à l'observation de la biologie marine. Pour lui, "c'est un signe du changement climatique".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.