La senne démersale, une technique de pêche de haute intensité, divise les professionnels : "on constate une raréfaction de certaines espèces"

La question de l'utilisation de cette technique de pêche, qui consiste à déposer un filet en forme d'entonnoir dans les fonds marins, est au cœur des discussions des instances de l'UE à Bruxelles, ce jeudi.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un bateau de pêche dans la manche, le 15 mars 2022. (photo d'illustration) (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

L’Europe est invitée à supprimer jeudi 29 septembre une technique de pêche accusée d’épuiser les espèces près des côtes françaises. La senne démersale utilisée pour pêcher sur des surfaces de plus de 3km2, et essentiellement pratiquée par des bateaux néerlandais, est combattue par des pêcheurs français.

Oliver Leprêtre connaît bien la senne démersale puisqu'il la pratique. Ce dernier est à la fois pêcheur et président du comité régional des pêches des Haut-de-France à Boulogne-sur-mer. Son bateau n’a rien à voir dit-il avec la flotte néerlandaise. "On est moitié moins fort, moitié moins puissant, on a moitié moins de longueur de filet", explique-t-il. Discours opposé du côté de Mathieu Vimard, directeur-adjoint de l'organisation des pêcheurs normands. "Les filets sont gigantesques, les dégâts importants."

À proximité des côtes françaises, dans la Manche une soixantaine de bateaux usent de cette pêche à haute intensité.

C’est une menace qui se confirme maintenant depuis plusieurs années où on constate la raréfaction de certaines espèces à mesure que cette flottille se développe. 

Mathieu Vimard, directeur-adjoint de l'organisation des pêcheurs normands

à franceinfo

D’après le comité des pêches des Hauts-de-France, 98% des pêcheurs sur la façade sont opposés à cette technique. Ils se placent au côté de l’association de défense des océans Bloom. "Ce combat est emblématique, débute Laetitia Bisiaux porte-parole de l'ONG. On est sur un sujet tout à fait similaire à celui de la pêche électrique, on est sur les mêmes acteurs. On a des industriels qui ont développé une technique super efficace et qui viennent dans des zones vulnérables, fragiles." 

Tous sont néanmoins pessimistes concernant la future décision européenne. Ils soupçonnent le gouvernement de chercher le statut quo.

La senne démersale, une technique objet de discorde entre pêcheurs - le reportage d'Etienne Monin
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Biodiversité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.