Extension des réserves naturelles, abandon de la "Montagne d'or"... Les six décisions du Conseil de défense écologique

Cette nouvelle instance gouvernementale, créée à l'issue du "grand débat national", a pris ou confirmé une série de mesures afin de protéger l'environnement et lutter contre le changement climatique.

Le parc national du cirque de Cilaos, au centre de l\'île de La Réunion.
Le parc national du cirque de Cilaos, au centre de l'île de La Réunion. (HAUSER PATRICE / HEMIS.FR / HEMIS.FR)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Un "outil décisionnel ultime". C'est ainsi que le Premier ministre, Edouard Philippe, a défini le Conseil de défense écologique (CDE) lors de la conférence de presse donnée après la première réunion de cette nouvelle instance, jeudi 23 mai, à l'Elysée. 

Le CDE a été créé à l'issue du grand débat national et doit "obtenir des résultats concrets et rapides", selon le chef du gouvernement. Le Conseil a pris ou confirmé une série de mesures, dont certaines à haute valeur symbolique, comme la fin du projet de la "Montagne d'or" en Guyane. Voici les six engagements à retenir.

1En finir avec la "Montagne d'or" en Guyane

"Le projet 'Montagne d'or' ne se fera pas", a déclaré le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, après avoir expliqué que le CDE avait "constaté l'incompatibilité du projet minier avec les exigences de protection de l'environnement".

A l'étude depuis deux ans, la "Montagne d'or" est le plus important projet de mine d'or à ciel ouvert français, en Guyane. Il prévoit l'exploitation d'une mine de 2,5 km de long, à partir de 2022, au sud de Saint-Laurent-du-Maroni, en pleine forêt tropicale, via un procédé de récupération de l'or par cyanuration (avec des cyanures dilués) en circuit fermé. Le président de la République, Emmanuel Macron, a récemment critiqué ce projet. "De manière très claire aujourd'hui, l'état du projet ne le rend pas compatible avec une ambition écologique et en matière de biodiversité", a-t-il déclaré début mai.

2Réformer le Code minier

Le CDE a également décidé de réformer le Code minier pour intégrer les exigences environnementales à tous les processus miniers. Il veut ainsi mettre fin aux règles d'attribution des grands projets dans ce secteur, comme celui de la "Montagne d'or", qui reposent sur un droit "qui est complètement obsolète", selon le ministre de la Transition écologique. Cette réforme sera présentée en Conseil des ministres en décembre, a précisé François de Rugy.

3Aller vers le "zéro artificialisation" des sols 

Un observatoire de l'artificialisation des sols va être mis en place. Il fournira des informations pour chaque département, afin d'enrayer la diminution des terres agricoles et des territoires naturels au profit de lotissements, d'aménagements routiers ou de zones commerciales.

Cet objectif implique de compenser la destruction de certaines surfaces par la restitution de zones de même superficie à la nature, et promet de fixer un échéancier pour aller vers le "zéro artificialisation nette des sols". Quand exactement ? Le plan sur la biodiversité, présenté l'an dernier par Nicolas Hulot, ne donnait aucune date.

4Etendre les réserves naturelles

Le ministre de la Transition écologique a par ailleurs annoncé la création ou l'extension de "plus de 20 réserves naturelles en France métropolitaine et en Outre-mer, l'objectif étant d'atteindre 30% de notre territoire faisant l'objet d'une protection". Actuellement, 22% des eaux françaises sont protégées, ainsi que 21% des territoires terrestres. 

Cette volonté d'extension des aires maritimes et terrestres protégées va de pair avec la lutte contre l'artificialisation des sols, l'un des principaux facteurs de disparition des espèces animales et végétales.

5Optimiser le recyclage des plastiques

La création d'une consigne sur les emballages et les bouteilles plastiques, ainsi que sur l'aluminium, sera prévue dans le projet de loi sur l'économie circulaire, qui doit être dévoilé en juin.

L'objectif de 100% de plastiques recyclés d'ici à 2025 a été inscrit dans le pacte signé par le gouvernement avec la grande distribution en février 2019.

6Doper les investissements verts

Le gouvernement va également mettre en œuvre une "démarche de budget vert" en évaluant ses décisions budgétaires au regard des engagements environnementaux. L'ambition du Conseil est de palier un déficit d'investissements verts, estimé à environ 20 milliards d'euros par an. 

Pour combler ce déficit, le Premier ministre a annoncé une augmentation d'un milliard d'euros des prêts pour la rénovation énergétique des logements sociaux. Ainsi qu'une hausse de trois milliards des prêts aux collectivités locales pour financer des projets de mobilité du quotidien, des opérations de construction ou de rénovation des établissements scolaires. 

La prochaine réunion du Conseil de défense écologique est prévue à la mi-juillet, a indiqué Edouard Philippe.