Environ 20% des espèces sont menacées en France, la situation se dégrade

A l'occasion de la journée mondiale de la vie sauvage, l'Union internationale pour la conservation de la nature, l'Office français de la biodiversité et le Muséum national d'histoire naturelle font le bilan de la Liste rouge qui établit le "degré de menace pesant sur les espèces de la faune et de la flore" depuis 2008.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une loutre dans le zoo de Mulhouse (Haut-Rhin), le 26 juin 2019.  (SEBASTIEN BOZON / AFP)

A l'occasion de la journée mondiale de la vie sauvage, mercredi 3 mars, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l'Office français de la biodiversité et le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN), ont fait le bilan de la Liste rouge des espèces menacées en France. Et leurs conclusions sont inquiétantes : la situation de la faune et de la flore sauvages s'est dégradée en treize ans, avertissent-ils.

Dans le détail, 13 842 espèces ont été évaluées, dont 17,6% sont menacées. Ce pourcentage augmente chez les oiseaux nicheurs (32%), les crustacés d'eau douce (28%) ou les amphibiens (23%). La situation est particulièrement inquiétante en Outre-mer.

Par ailleurs, 187 espèces ont complètement disparu. Pour plus de 2 100 autres, les données sont insuffisantes, l'objectif à terme étant d'évaluer toutes les espèces.

L'aménagement du territoire et les pesticides pointés du doigt

Certains groupes d'espèces – les reptiles, amphibiens, mammifères, oiseaux et poissons d'eau de métropole – ont été évalués deux fois depuis 2008. "Nous pensions qu'en huit ou neuf ans, on ne verrait pas beaucoup d'évolution. La surprise est qu'on assiste à une nette dégradation de la situation", explique Florian Kirchner, de l'UICN France, à l'AFP. "Pour les oiseaux nicheurs, on avait un quart d'espèces menacées en 2008, un tiers huit ans après", donne-t-il comme exemple. Plus inquiétant encore, "nous parlons des espèces qui bénéficient le plus d'efforts de conservation, les vertébrés, et pas des insectes ou des mollusques".

"Cela nous renvoie aux principales menaces en métropole : l'aménagement du territoire qui reste incontrôlé et l'intensification des pratiques agricoles", avec des zones uniformes et l'usage important de pesticides, explique le scientifique, appelant à "changer de braquet""Les dégradations de la nature restent bien plus fortes que tous les efforts qu'on peut déployer", avertit Florian Kirchner, qui voit pourtant "deux sources d'espoir : l'opinion est en train d'évoluer et il y a des bonnes nouvelles" dans la protection des espèces comme dans le cas de la loutre, du bouquetin des Alpes ou du vautour moine.

"Si nous avions plus de données, nous pensons que nous mettrions plus d'espèces dans ces catégories menacées", complète Laurent Poncet, du MNHN. Or, ces espèces quasi menacées sont "une préoccupation importante à avoir, ce sont les menacées de demain, mais ce sont des espèces sur lesquelles on peut encore agir facilement", souligne Laurent Poncet. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.