Démission de Nicolas Hulot : "On a le sentiment d’être un peu orphelin", réagit Allain Bougrain-Dubourg

Selon le président de la Ligue de protection des oiseaux, Allain Bougrain-Dubourg, le ministre démissionnaire de la Transition écologique a été "très affecté par le peu d’intérêt porté sur les questions qui lui paraissaient essentielles".

Allain Bougrain-Dubourg, le président de la Ligue de protection des oiseaux, lors d\'une conférence à Chatelaillon-Plage (Charente-Maritime), le 1er juillet 2017.
Allain Bougrain-Dubourg, le président de la Ligue de protection des oiseaux, lors d'une conférence à Chatelaillon-Plage (Charente-Maritime), le 1er juillet 2017. (XAVIER LEOTY / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Aujourd’hui, on a le sentiment d’être un peu orphelin", a réagi Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO) mardi 28 août sur franceinfo après l'annonce de la démission du ministre de la Transition écologique.

Nicolas Hulot "a été très affecté par le peu d’intérêt porté sur les questions qui lui paraissaient essentielles" dans le cadre de la réunion avec les chasseurs qui s'est déroulée lundi a expliqué le militant qui en a parlé avec Nicolas Hulot à la sortie de cette rencontre de plus de deux heures.

Deux possibilités existent, analyse Allain Bougrain-Dubourg, "soit le président de la République persiste dans l’ignorance de l’urgence, soit il entend la lucidité de Nicolas Hulot. On verra ça avec le nouveau ministre".

Pour le président de la LPO, cette situation "m’inspire un retour en arrière de 40 ans. Le premier ministre de l’Environnement s’appelait Robert Poujade. Il a écrit un bouquin qui s’appelait 'Le ministère de l’Impossible'. On est en train de le vivre un demi-siècle plus tard. Si on s’exonère de la question climatique, la question économique sera dérisoire. On est vraiment dans l’urgence", a martelé Allain Bougrain-Dubourg.