68% des animaux vertébrés ont disparu depuis 1970, selon le rapport Planète Vivante du WWF

Selon l'organisation, la situation est due à la conversion de sols au profit de l'agriculture et de l'alimentation, la surexploitation des ressources, les pollutions ou encore le réchauffement climatique.

Gorille des plaines de l\'Ouest.
Gorille des plaines de l'Ouest. (PHILIPPE CLEMENT / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Entre 1970 et 2016, les populations de vertébrés, poissons, oiseaux, amphibiens et reptiles ont chuté de 68% selon le dernier Rapport Planète Vivante du WWF. Tous les deux ans, l'ONG analyse la perte de la biodiversité à l'échelle planétaire. Le déclin est "spectaculaire" : entre 2014 et 2016, la Terre a perdu 8% de ses populations d'animaux sauvages.

La chute de la biodiversité est plus forte dans certaines régions du monde. Loin devant, on trouve l'Amérique Latine, l'Amérique Centrale et les Caraïbes avec 94% des vertébrés disparus depuis 1970. Sur le continent africain, la perte est de 65%.

Perte des habitats, surexploitation des ressources et pollution

Selon le WWF, la situation est due avant tout à la perte des habitats animaliers à cause des conversions de sols au profit de l'agriculture et de l'alimentation. D'autres raisons sont pointées du doigt, comme la surexploitation des espèces et des ressources, les pollutions, l'introduction par l'homme d'espèces étrangères invasives ou encore le réchauffement climatique "qui prend une part de plus en plus importante et menace de devenir une cause majeure si rien n’est fait."

"Aujourd’hui, un tiers des surfaces terrestres sont utilisés pour l’agriculture. Seuls 12% des océans restent sans activité humaine. 70% des zones humides sont détruites. Et 80% de la déforestation est due à la transformation des terres en surfaces agricoles", détaille l'ONG, qui dénonce plus largement les effets de "notre mode de production, de consommation et de la crise écologique".

60 % des moineaux ont disparu en France depuis 1980

Certaines espèces, autant chez les mammifères que les insectes, subissent des pertes alarmantes : "60 % des moineaux ont disparu en France depuis 1980. Sur 17 espèces de papillons européens suivis, la baisse des effectifs est de 49% entre 1990 et 2017."  Parmi les espèces les plus en danger, on trouve les gorilles de République démocratique du Congo ou encore les tortues luth de Guyane.

L'ONG appelle les gouvernements du monde entier à prendre des mesures immédiates. Les solutions identifiées passent par une augmentation des surfaces des aires protégées, une réduction de moitié de la consommation de viande dans les pays développés ou encore une réduction de 50% du gaspillage.

"Nous avons encore la possibilité d'atténuer et d'inverser la tendance si nous prenons des mesures de conservation de la nature urgentes et sans précédent et si nous apportons des changements significatifs dans la façon dont nous produisons et nous consommons de la nourriture", conclut le WWF.