Bâtiment : l'encombrante question des déchets

Il y a deux mois et demi, le maire de Signes (Var) a été tué alors qu'il cherchait à empêcher un dépôt sauvage de gravats sur sa commune. Après la colère et l'indignation, le gouvernement a fait des annonces. Combien cela coûte-t-il aux professionnels de jeter leurs déchets, au juste ? Reportage.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C'est le fardeau des entreprises de construction : des parpaings, du ciment, du carrelage... qui représentent 230 millions de tonnes de déchets par an. Certains n'hésitent pas à s'en débarrasser en pleine nature. Alors, pourquoi est-il si difficile de recycler les débris de chantier ? Combien cela coûte-t-il ? Dans un centre de tri et de recyclage de Strasbourg (Bas-Rhin), on compte 30 camions par jour. Quelque 120 000 tonnes de gravats sont traitées et recyclées chaque année. Une opération qui nécessite du matériel et de la main-d'œuvre, alors déposer ses gravats ici est payant. À son arrivée, chaque véhicule est pesé et le contenu inspecté par un système vidéo.

Le dépôt de gravats déjà triés gratuit à partir de 2022 ? 

Le prix varie selon le type de déchet. Comptez environ 30 euros la tonne pour un amas de terre, de béton et de ferraille. Le prix baisse si les déchets arrivent déjà triés. C'est le choix qu'a fait la société de démolition. Au retour de chaque chantier, les ouvriers trient eux-mêmes les gravats sur le site de l'entreprise. Ils font appel à un prestataire, qui leur fournit les bennes. Une fois pleines, ils les récupèrent et les transportent jusqu'au centre de recyclage. Une opération qui reste très onéreuse.

Autre problème : le manque de points de collecte. Il n'en existe que 500 sur l'ensemble du territoire pour les TPE et PME, alors qu'elles génèrent plus de 10 millions de tonnes de déchets. La secrétaire d'État à l'Écologie, Brune Poirson, a annoncé que de nouveaux centres de recyclage seront créés et que le dépôt de gravats déjà triés sera gratuit à partir de 2022.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Un travailleur du BTP sur un échafaudage, le 28 septembre 2015 à Godewaersvelde, dans le Nord.
Un travailleur du BTP sur un échafaudage, le 28 septembre 2015 à Godewaersvelde, dans le Nord. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)